ALERTE :

    Afrique du Sud : la gauche radicale retarde le discours sur l’état de la nation - Les Pharaons

    1

    Afrique du Sud : la gauche radicale retarde le discours sur l’état de la nation

    Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a été forcé par les protestations de députés de la gauche radicale d’attendre 90 minutes avant de pouvoir prononcer jeudi devant l’Assemblée nationale son discours sur l‘état de la nation.

    Les parlementaires du groupe des Combattants pour la liberté économique (EFF) protestaient contre la présence dans la salle du parlement du dernier président du régime d’apartheid, F.W. De Klerk.

    Après près d’une heure d’incidents, le président de l’Assemblée nationale, Thandi Modise, a suspendu la séance en lançant au président des EFF : “Vous pensez jouir d’une liberté de parole sans limites pour nuire aux droits des autres, mais il s’agit en fait d’une perturbation” des travaux de l’Assemblée.

    “Nous avons un meurtrier dans cette chambre, nous avons un homme qui a du sang de personnes innocentes (sur les mains) dans cette chambre,” a déclaré le leader de l’EFF, Julius Malema, avant de quitter la pièce avec les autres membres de son mouvement.

    Âgé de 38 ans, toujours coiffé de son béret rouge de “commandant en chef” du mouvement, M. Malema a fondé les EFF en 2013 après son éviction du Congrès national africain (ANC) au pouvoir.

    Il se présente comme le défenseur des plus démunis et prône la redistribution des richesses au profit de la majorité noire. Son parti dispose de 44 des 400 sièges de l’Assemblée nationale.

    Dans son discours, le président Ramaphosa, 67 ans, a déclaré : “notre pays connaît des temps difficiles. Notre économie n’a pas crû à un taux satisfaisant depuis plus d’une décennie”.

    “Nous devons rétablir nos finances publiques”

    “Nous devons rétablir nos finances publiques”, a-t-il ajouté, tout en s’engageant à “ne pas abandonner le combat contre la corruption”.

    Traditionnellement, les anciens présidents sont invités à ce discours du chef de l’Etat.

    1. De Klerk a dirigé de 1989 à 1994 l’Afrique du Sud, où il a été remplacé par Nelson Mandela, le héros de la lutte contre l’apartheid et le premier président noir sud-africain démocratiquement élu.

    Pur produit de l’apartheid, M. De Klerk a pourtant précipité la chute du régime raciste en libérant Nelson Mandela.

    Il avait été à partir de 1994 l’un des deux vice-présidents du pays, au moment du gouvernement d’union nationale sous la présidence de Mandela, avant de quitter la vie politique en 1997.

    3 comments

    • EV EatVerts

      21 septembre 2020 at 11 h 43 min

      894235 462272I surely didnt know that. Learnt 1 thing new these days! Thanks for that. 48164

      Reply

    • w88

      22 septembre 2020 at 5 h 23 min

      714874 369005Id want to verify with you here. Which is not 1 thing I usually do! I take pleasure in reading a submit that will make individuals think. Additionally, thanks for permitting me to remark! 228845

      Reply

    • local window washing

      3 octobre 2020 at 2 h 28 min

      377100 134919I enjoy your work , regards for all the informative posts . 41453

      Reply

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment