ALERTE :

    Bénin/Environnement La Banque mondiale constate les changements dans le parc de la Penjari Océane LEANON Du 17 au 22 février dernier, une délégation de la Banque mondiale était en visite dans le parc de la Penjari. L’objectif de cette mission conduite par le responsable des opérations au Bénin, Atou Seck, était, d’une part, de s’assurer de la pérennisation des interventions de la Banque mondiale dans la biosphère à travers le Projet d’appui à la gestion des aires protégées (Pagap) et, d’autre part, de s’enquérir des activités touristiques et de développement du secteur privé dans la zone. De la célèbre mare de Bali à la base opérationnelle en passant par le lodge et la mare artificielle, la délégation de la Banque mondiale a découvert un parc de la Pendjari relooké, avec une distance de fuite quasi-zéro des animaux, une gestion plus professionnelle, et des investissements structurants qui gagent de l’attractivité de la biosphère dans un futur proche. « Ce que je vois est à l’opposé de l’idée que l’on se fait aujourd’hui du parc de la Pendjari à l’extérieur. Vous connaissez le job et avez une idée précise de là où vous allez. Vous montrez qu’il y a un potentiel dans ce parc et vous mettez en œuvre votre génie pour le révéler », a laissé entendre le représentant résident de la Banque mondiale au Bénin. Atou Seck a particulièrement apprécié l’amélioration de ‘’l’indice kilométrique d’abondance des espèces’’ grâce aux actions entreprises ces dernières années. Pour lui, ces résultats éloquents sont la suite logique de la mise en affermage du parc par le Gouvernement béninois. Il va finir en réitérant la disponibilité de son institution à accompagner la renaissance de ce haut lieu touristique. - Les Pharaons

    pen

    Bénin/Environnement

    La Banque mondiale constate les changements dans le parc de la Penjari

     

    Océane LEANON

     

    Du 17 au 22 février dernier, une délégation de la Banque mondiale était en visite dans le parc de la Penjari. L’objectif de cette mission conduite par le responsable des opérations au Bénin, Atou Seck, était, d’une part, de s’assurer de la pérennisation des interventions de la Banque mondiale dans la biosphère à travers le Projet d’appui à la gestion des aires protégées (Pagap) et, d’autre part, de s’enquérir des activités touristiques et de développement du secteur privé dans la zone.

    De la célèbre mare de Bali à la base opérationnelle en passant par le lodge et la mare artificielle, la délégation de la Banque mondiale a découvert un parc de la Pendjari relooké, avec une distance de fuite quasi-zéro des animaux, une gestion plus professionnelle, et des investissements structurants qui gagent de l’attractivité de la biosphère dans un futur proche.

     

    « Ce que je vois est à l’opposé de l’idée que l’on se fait aujourd’hui du parc de la Pendjari à l’extérieur. Vous connaissez le job et avez une idée précise de là où vous allez. Vous montrez qu’il y a un potentiel dans ce parc et vous mettez en œuvre votre génie pour le révéler », a laissé entendre le représentant résident de la Banque mondiale au Bénin.

     

    Atou Seck a particulièrement apprécié l’amélioration de ‘’l’indice kilométrique d’abondance des espèces’’ grâce aux actions entreprises ces dernières années. Pour lui, ces résultats éloquents sont la suite logique de la mise en affermage du parc par le Gouvernement béninois. Il va finir en réitérant la disponibilité de son institution à accompagner la renaissance de ce haut lieu touristique.


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment