ALERTE :

    Covid 19 : Ça part en vrille, ce qu’on nous cache - Les Pharaons

    covid 4

    #Bénin/#Covid 19 :

    Ça part en vrille, ce qu’on nous cache

    • Les médecins ont banalisé la maladie

    • Manque de spécialistes en maladies infectieuses

    • Le gouvernement se bat, mais l’opinion exige la transparence

    Peut-être que Patrice Talon devrait revenir au-devant de la scène. Les assurances du Ministre de la Santé dans la journée du mercredi 08 avril 2020, n’ont pu couvrir la nuée de questions qui émergeait depuis quelques jours de la population. Pas plus qu’elles n’ont dissipé la grosse panique qui s’est emparée du corps médical. Depuis le décès du premier cas de Covid 19 au Bénin, c’est la confusion. Des questions restent sans réponses, pendant que les médecins se font la guerre.

    A Cotonou, les autorités sont conscientes. Le Bénin est au début de l’épidémie. 26 cas en 3 semaines, et un décès qui a tout bouleversé. Depuis, les médecins s’accusent mutuellement, et dénoncent pour certains, les dysfonctionnements relevés au niveau du comité de gestion de la crise. Pour d’autres, les mystères qui entourent la gestion de l’épidémie ne doivent plus durer. Les échanges épistolaires entre le Docteur Adjagba et son jeune collègue T. Koudjoh ont dévoilé tout de même à l’opinion, de nouveaux éléments sur cette crise.

    Le Docteur T. Koudjoh répondant à son collègue, a révélé en réalité, que L’Enseignement Post Universitaire organisé en janvier 2020 sur la maladie à Coronavirus a été bâclé. « Nous avons initié un EPU sur le sujet en collaboration avec le VP de l’ONMB. Nous avons eu comme participants sept (07) personnes dont deux (02) médecins», a souligné ce dernier fustigeant la démarche de certains médecins, qui n’ont même pas avancé les motifs de leur absence.

    Cet élément montre à quel point la maladie a été banalisée par les médecins au Bénin, et la mauvaise préparation du corps médical, à l’heure où le monde entier avait déjà les regards tournés vers Wuhan. En janvier 2020, l’épidémie progressait lentement vers l’Europe et les Etats Unis. L’Afrique se croyait à l’abri , et ses rares scientifiques échafaudaient des théories à dormir debout.

    – Manque de spécialistes.

    Le corps médical a dévoilé en pleine crise qu’il n’était pas prêt à gérer cette crise. Le Bénin ne dispose pas de spécialistes en nombre suffisant en maladie infectieuse et n’en forme pas. Un autre élément qui traduit la frustration des médecins béninois, qui aujourd’hui se sentent à l’écart de la riposte en cours. Cependant le combat contre le Covid 19 étant collectif, une question revient sur les lèvres ; sur qui s’appuie le gouvernement pour mener la lutte ?

    – Mystère !

    Le Ministre de la Santé par contre, est sur tous les fronts et ajuste la stratégie du gouvernement. Il passe au crible chaque cas, et donne des éléments précis. Pas assez, selon le corps médical, qui accuse le gouvernement d’avoir favorisé l’augmentation des cas. Tous s’accordent à dire, que les voyageurs ne respectent presque jamais les consignes de la mise en quarantaine imposées par le gouvernement.

    Ces derniers jours le flux d’informations divulguées via les réseaux sociaux, a pris de court l’information officielle. Les jours à venir seront plus complexes et la voix officielle risque que ne plus porter, si la confiance n’est pas restaurée entre le gouvernement et les populations. Le sens de l’anticipation affichée par le gouvernement dans l’installation du centre de traitement, la mise en place du stock de chloroquine et autres actions, ont mis de coté les professionnels de la santé qui interviennent à un autre niveau de la chaîne. Ils demeurent en effet, les premières personnes à entrer en contact avec les malades, et le défaut d’organisation à leur niveau semble poser problème. Pire, cette anomalie les expose. Il faut réajuster.

    « L’heure est grave » a souligné Patrice Talon au début de cette semaine quelques heures avant l’annonce du premier décès. Selon les informations dévoilées sur les réseaux sociaux par le médecin de la clinique Mahouna qui a pris en charge le cas décédé, des centaines de tests attendent encore au niveau des laboratoires pour confirmation ou non. 50 personnes mises en quarantaine ont été libérées dans la journée de ce 08 avril, ce qui devrait soulager les populations.

    Dans le même temps, la prorogation des congés scolaires de pâques inquiètent les parents d’élèves, contraints au port de masque obligatoire le même jour. Dans les villes du cordon sanitaire, les populations savent déjà que les jours à venir seront difficiles.

    D.Tognandan

    Coronavirus  , Covid-19 , Yayi BoniPatrice TalonLionel ZinsouBénin


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment