ALERTE :

    Bénin/Crise au sein des FCBE L’aile Hounkpe parle de “machination” du camp Atchadé - Les Pharaons

    AILE HOUNKPE

    Bénin/Crise au sein des FCBE

    L’aile Hounkpe parle de  “machination” du camp Atchadé

    Le parti Forces cauris pour un Bénin émergent demeure au creux des vagues. La brouille née de l’obtention du récépissé d’existence du parti par le camp Hounkpe a plongé les responsables du parti dans un éternel bras de fer. Dans un point de presse animé ce vendredi 10 mai, 2020 l’aile Hounkpe a donné sa part de vérité à propos de l’affaire des 10 millions 500 francs CFA, représentant la contribution financière du président Boni Yayi.  Elle est revenue sur les raisons qui sous-tendent le différend qui secoue le parti depuis quelques mois.

    Lire ci-dessous l’intégralité de leur discours
    Mesdames et messieurs
    Professionnels des medias
    Militantes et militants du parti Forces cauris pour un Bénin émergent
    Dieu est amour et tout ce qu’il fait est bon dit-on. Il est l’expression et l’essence même du bien. Il est le guide suprême pour tous ceux qui le craignent. C’est ainsi qu’il faut comprendre les derniers développements au sein de notre parti Forces cauris pour un Bénin émergent. Quand le vent souffle on voit l’anus du poulet. Les masques sont enfin tombées .En effet, suite à la démission facebook, douloureuse et inacceptable du président d’honneur de notre parti FCBE nous avons tous été surpris et bouleversés. Beaucoup de nos compatriotes l’ont été aussi. Ces derniers ont exprimé leur stupéfaction et leur désarroi quant aux raisons et à l’opportunité d’une telle décision qui intervient juste après l’obtention du récépissé définitif autorisant Le parti à prendre part aux élections municipales et communales du 17 mai 2020. Mais la sortie instantanée de certains  nos camarades le mercredi 08 avril 2020 a tout clarifié. Le peuple béninois et les militants FCBE Connaissent désormais les acteurs de l’ombre, ceux qui ont poussé le président à cette extrémité. Les auteurs des fameux rapports adressés au président d’honneur sont maintenant connus. Nous connaissons  tous depuis mercredi dernier leur nombre et leur visage. Ils sont 06 et se disent frustrés par leur positionnement sur la liste des candidats aux élections  communales. Il s’agit de l’honorable Adjovi Justin à Cotonou, l’honorable Abiba Dafia à Kérou, le ministre patrick Yérima à Kandi, Daniel Saré Kpéra à N’dali , l’honorable Jean-marie Allagbé à Za-kpota et Paulin Dossa à Calavi.
    Peuple béninois, militantes et militants de FCBE voilà ceux à cause de qui e président d’honneur décide de vous abandonner après 17 ans de fidélité et de loyauté. C’est vraiment dommage. Nous avons enfin compris que nous n’étions pas tous des militants FCBE, enfants de Yayi Boni car en réalité  les vrais et légitimes enfants de notre papa sont bien précis. Nous qui sommes prêts à aller aux élections communales prochaines y compris tous les militants à la base, nous ne sommes rien face à quelques individus qui ne sont soit pas sur la liste, soit ils ne sont pas positionnés à la place qu’ils convoitaient. Ce sont ceux-là qui sont les vrais enfants de papa, les seuls dignes fils de Papa pouvant représenter la FCBE .Nous avons enfin compris que nous travaillions pour le bien-être de quelques privilégiés de la famille. Nous avons eu la chance de découvrir les privilégiés se prononcer face à la presse sur les positionnements faits par les militants au niveau de leurs arrondissements. Ils ont également retenu l’attention à travers  quelques notes sur lesquelles nous n’allons pas nous attarder à cette occasion. Cependant il nous plaît de leur demander s’ils avaient informé le Secrétaire exécutif Paul Hounkpe, son adjoint Théophile Yarou et les autres des 100 mille francs par communes envoyés par le président d’honneur dans le cadre de la constitution des dossiers de candidature. Si la réponse est négative, il urge alors de clarifier la situation des 10 millions 500 mille francs CFA que le président d’honneur aurait envoyé pour le payement de la caution.
    Nous voulons dire au peuple béninois et aux militants FCBE que l’honorable Atchadé, le moteur de la machination a annoncé au SEN Hounkpe que le président d’honneur a envoyé 10 millions 500 francs CFA pour la caution. Après S’être réjouit de cet apport financier ce dernier lui a bel et bien demandé de bien vouloir le lui remettre avant de signaler que les dispositions étaient pour le payement de ladite caution. C’était en présence des ministres d’état Aboubakar Yaya et Théophile Yarou. Mais 48 heures après l’honorable Atchadé ne lui a pas apporté la contribution financière du PH. C’est alors qu’il a demandé aux anciens ministres et anciens députés de libérer leurs souscriptions comme prévu. Ce qui a permis de payer ladite caution. Mais contre toute attente, l’honorable Achadé, l’oiseau de mauvais augure appelle le président d’honneur pour lui signaler que nous avons rejeté son apport financier. Malgré cette déclaration le SEN Hounkpe a continué de lui réclamer les sous. C’est le dernier jour du dépôt des dossiers, vers 18heures que le Trésorier général du parti informa le SEN Hounkpe d’être entré en possession de l’appui financier du PH. Sur le champ le SEN Hounkpe demanda au Trésorier général de le lui remettre. Mais celui-ci l’informa que le président d’honneur lui a demandé de ne plus le faire. Voilà mesdames et messieurs la vérité des faits. Comme à leur habitude, pour montrer au peuple béninois que le camp Hounkpe est le troisième pôle de Talon nos camarades n’ont pas manqué de cynisme pour dire au président d’honneur et au peuple que nous avons rejeté la caution donnée par le président au parti, Boni Yayi. Comment pouvons-nous refuser une contribution financière face à un budget de plus de 2 milliards de francs CFA, qui plus est vient de notre président d’honneur ? Nous pensons que nos camarades démissionnaires ont trouvé là, la petite pièce qui manquait pour corroborer leur plan de départ, qui est de tout faire pour empêcher le parti de prendre part aux élections communales.
    Mesdames et messieurs, chers journalistes

    Nous le savions comme tout le monde que nos camarades ont opté pour le boycotte de toutes les élections à venir après la mascarade d’avril 2019. Ils l’ont dit haut et fort à plusieurs reprises dans les discours officiels et dans tous les réseaux sociaux que « participer aux élections  communales de mai 2020 c’est valider légitimer le parlement de sang ». C’est ce serment que nous forces réformistes au sein du parti FCBE avons refusé qui a fait de nous es traîtres de la maison. Nos camarades l’ont dit lors du processus de réconciliation et l’ont encore répété dans leur déclaration de démission. Selon eux, participer aux élections de Mai 2020 c’est aider le président Talon à crédibiliser son régime aussi bien au plan national qu’international. Dans cette posture nos camarades ne proposent aucune solution pour mettre fin à la dérive démocratique. Ainsi se résume la vraie raison du différend qui nous oppose depuis des mois. Contrairement à eux nous pensons que la seule solution démocratiquement valable est la participation de notre parti aux élections communales et municipales, seule gage de notre présence à l’élection présidentielle de 2021. C’est un optimisme réaliste pour lequel toute militante et tout militant doit croire et travailler pour sa réalisation.

    Militantes et militants engagés,
    Vous qui croyez en l’avenir,
    Vous qui êtes capables par les urnes à prendre le pouvoir au président Talon en 2021, mobilisez-vous derrière nous pour barrer la route à la fatalité et à l’imposture. Contrairement à nos amis qui se targuent d’une majorité virtuelle et abstraite qui en réalité n’est composée d’une vingtaine de membres du bureau national, nous nous sommes les représentants légaux du parti auprès des militants et de la république, soutenus par la grande majorité des 77 membres du bureau national. La quasi-totalité des candidats positionnés sur la liste à l’exception de quelques démissionnaires déclarés à ce jour par la très grande majorité des militants à la base. Au nom de cette grande majorité constituée de plusieurs millions de  militants et sympathisants, nous prenons acte de la démission de ces quelques membres du bureau national, qui ne remet pas en cause ni le fonctionnement du parti, ni la participation du parti aux élections communales. Les déclarations manipulées sont financées à coup de millions pour annoncer des démissions en cascade des coordinations par des gens qui parfois, ne sont n candidat ni même membre d’aucune instance de notre parti. Ceux qui pensaient prendre en otage nos vaillantes et vaillants militants pour assouvir leur vilain et égoïste dessein ont échoué lamentablement.  Nous les mettons en garde contre tout acte allant dans le sens de la démobilisation et de l’utilisation des attributs du parti, pour quelque forme que ce soit jusqu’à nouvel ordre. Le parti FCBE est un parti créé et enregistré sous la nouvelle charte des partis politiques en vigueur en république du Bénin. De ce fait, il appartient à 1153 fondateurs, qui ont tous les mêmes droits et les mêmes devoirs. Nul ne peut se prévaloir d’un quelconque titre de propriété. Les nostalgiques de l’ancien système partisan doivent comprendre que les choses ont changé et doivent s’adapter aux réalités du moment sinon ils disparaitront. Dans ce cadre, le militantisme basé sur le favoritisme, le népotisme, le clientélisme, le prochétisme pour qualifier ceux qui se disent proches de Boni Yayi doit céder la place au vrai militantisme basé sur un leadership individuel et collectif, afin d’éviter à notre parti de se transformer  en un cycle où défilent les luttes stupides fondées sur des intérêts personnels, égoïstes voire machiavéliques. Point besoin de répondre à certains camarades obnubilés par des pensées communistes qui continuent de croire que le récépissé d’existence de notre parti leur est du. A ceux-là l’occasion leur est maintenant donnée d’aller réclamer leur du au ministre de l’intérieur Saka Lafia.
    Mesdames et messieurs, amis de la presse, la crise qui a secoué notre parti vient de connaitre son épilogue. Les instigateurs viennent de jeter l’éponge en démissionnant eux-mêmes du parti. C’est le moment plus que jamais de montrer de quoi nous sommes capables pour donner une bonne raison à notre cher papa Boni Yayi, de nous faire davantage confiance et de revenir à la maison. Toi candidate ou candidat , démontres-nous désormais ce que tu peux apporter à Boni Yayi et non ce que Boni Yayi peut t’apporter. Il t’a déjà tout donné. Je ne saurais terminer ce discours sans avoir une pensée positive à l’endroit du monde entier, de l’Afrique et de notre pays le Bénin face à la pandémie du covid-19. J’en appelle à la vigilance, à la prudence, à l’observance des mesures d’hygiène .
    A tous  les militants et sympathisants, nous lançons un vibrant appel à la sérénité et à la mobilisation générale pour une victoire écrasante aux élections du 17mai 2020.
    Vives les forces cauris pour un Bénin émergent qui ne sera jamais le troisième pôle de la rupture
    Vive la démocratie
    Vive le Bénin


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment