ALERTE :

    Dossier : L’Union du Clergé du Bénin divisée sur le retour de l’Archevêque Marcel Agboton - Les Pharaons

    Mgr-Honorat-Marcel-Agboton

    Dossier :

    L’Union du Clergé du Bénin divisée sur le retour de l’Archevêque Marcel Agboton.

    C’est un secret de polichinelle.  Rome a bien déchargé l’ancien Archevêque   de Cotonou,  le 21 août 2010 pour son appartenance supposée à une fraternité, et une affaire de mœurs. Mais 10 ans plus tard,  L’Eglise Catholique au Bénin semble  fragilisée de l’intérieur, concernant son retour. Deux camps se mènent une guerre de tranchées. D’un coté, ceux qui au nom de l’année de la miséricorde avaient  voulu le pardon,  et prôné la fraternité sacerdotale .   De l’autre,  les anciens disciples du Prélat, aujourd’hui  responsables de l’Eglise Catholique au Bénin.

    Seul problème ; le Serment. Il  astreint tous ces hommes en soutane au silence. “Personne ne sait véritablement pourquoi , le retour du  vieillard de 79 ans poserait problème à Cotonou, puisque le temps à fait son oeuvre” résume un membre du Comité de soutien. Il se murmure néanmoins en coulisses, qu’une querelle de personne serait à la base de cette bisbille.

    Fin 2018. En pleine crise électorale au Bénin, l’Eglise Catholique  contre toute attente  a demandé à plusieurs reprises le retour de tous les béninois en exil pour la construction du Bénin. 2019, elle a voulu conduire une médiation politique , rejetée par l’Exécutif, parce qu’exigeant en amont  le retour des acteurs politiques poursuivis par la justice au Bénin pour corruption. “Trop c’est trop” , répondront les proches du pouvoir, mettant déjà en doute le sens que l’Eglise donne à la justice et à l’impartialité.

    Un an plus tard,  l’Institution en engluée dans une crise, incapable de trancher le sort d’un de ses plus grands dignitaires.  En réalité, Monseigneur Marcel Agboton a été consacré par le pape Jean-Paul II qui le nomme évêque du diocèse de Kandi . Il est alors consacré le  par le cardinal Bernardin Gantin et sera nommé le évêque de Porto-Novo.   Le , Jean-Paul II le nomme enfin archevêque de Cotonou. Il est intronisé le  suivant en la cathédrale Notre-Dame par le cardinal Bernardin Gantin et reçoit le pallium à Rome le . Cependant, le , le Saint-Siège le contraint à renoncer à sa charge en raison de son implication dans des affaires de mœurs et de gouvernance.

    Le Comité de Soutien plaide coupable ?

    Un Comité de Soutien pour le retour de Monseigneur Agboton a été mis en place. Il semble soutenir que Dieu ne demande pas la mort du pécheur. L’Eglise Catholique au Bénin demeure en dépit des secousses un rempart , la seule institution incorruptible aux yeux des populations. “Sa position aujourd’hui pourrait changer  si cette affaire n’est pas élucidée et qu’elle applique ce qu’elle enseigne dans ses temples” apprécie un ancien séminariste.

    En effet , il  se murmure que l’Eglise Catholique pourrait perdre toute crédibilité, si son silence dure sur le cas Agboton. Beaucoup de prêtres conçoivent mal que l’année de la miséricorde n’ait pas servi à mettre fin aux querelles de personnes dans l’affaire Agboton. Le retour au bercail  du “vieillard” pourrait alors   ébranler toute la communauté. Le Comité de Soutien  attend  de l’Eglise Catholique au Bénin, des engagements et la prise de  dispositions nécessaires pour un séjour convenable  de ce dignitaire à la retraite.

    Qui dit la vérité ?

    Dénis Agboton, proche de l’Archevêque a révélé à travers une vidéo et un texte écrit par le Comité de Soutien au retour de l’Archevêque,  que Monseigneur Marcel Agboton  fait l’objet de traitement humiliant, et dégradant après des années dévouement au service de la communauté catholique.

    Depuis 2009, Mgr Marcel Agboton est maintenu “aux oubliettes” en France où il vit dans des conditions humiliantes et une solitude contraire à la Dignité Humaine. Le prélat ferait même ses courses et nettoierait son linge lui même . Pour ne pas crever en exil, il a multiplié les   lettres et les audiences pour implorer les responsables de l’Eglise Catholique afin de regagner sa terre natale. Silence total à Cotonou.

    Un autre évêque Fidèle Agbacthi, serait dans les mêmes conditions. Il est important pour la crédibilité et les valeurs défendues par l’Eglise Catholique de se prononcer sans délai pour situer l’opinion sur cette affaire qui fait grand bruit. De source digne de foi, les cris et supplications des proches des évêques en exil,ne s’estomperont que lorsque ces derniers regagneront Cotonou.

    Jacob B.

    Coronavirus  , Covid-19 , Yayi BoniPatrice TalonLionel ZinsouBénin

     

    25 comments

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment