ALERTE :

    Covid-19 : Supposés actes racistes à l’encontre des Africains en Chine Pékin s’explique sur la situation des Béninois a Gouandzou - Les Pharaons

    Covid-19 : Supposés actes racistes à l’encontre des Africains en Chine

    Pékin s’explique  sur la situation des Béninois a Gouandzou

     

    L’image de ces hommes d’affaires contraints à dormir sur les trottoirs de la capitale de la province du Guangdong, après avoir été chassés de leurs hôtels ces derniers jours, a provoqué une véritable crise diplomatique entre la Chine et le continent africain. Aujourd’hui, visiblement Pékin cherche à corriger le tir. A la faveur d’une conférence de presse tenue ce jeudi 16 avril 2020 à l’ambassade de Chine au Bénin, Jing Tao Peng  s’est prononcé sur la situation des africains en Chine pendant la lutte contre la Pandémie Covid-19. Sans passer par quatre chemin, l’ambassadeur de la République populaire de Chine près le Bénin a fait savoir que son pays ne peut jamais appliquer une politique de discrimination contre les Africains. « L’amitié sino-africaine qui a connu les épreuves historiques de bonheur et malheur, est indéfectible. Elle est profondément enracinée en Chine et en Afrique », a-t-il lâché à l’occasion.

    Plus important, il a laissé entendre que la Chine a pris déjà des mesures spéciales pour améliorer la situation des africains à Guangzhou. Lire l’intégralité de sa déclaration à la presse.

     

    Déclaration de l’Ambassade de Chine sur la situation des africains en Chine pendant la lutte contre la Pandémie Covid-19

     

    1. La Chine ne peut jamais appliquer une politique de discrimination contre les Africains.

     

    L’amitié sino-africaine qui a connu les épreuves historiques de bonheur et malheur, est indéfectible, elle est profondément enracinée en Chine et en Afrique. Dans l’histoire de leur échange, la Chine n’a jamais raté à apporter ses soutiens, quand les peuples africains ont rencontré des difficultés. Quand l’épidémie d’Ébola a éclaté en Afrique de l’Ouest en 2014, la Chine était le premier pays à fournir des aides cruciales pour lutter contre ce fléau. Depuis l’éclatement de la pandémie COVID-19, la Chine et l’Afrique ont à nouveau fait preuve de solidarité en surmontant ensemble les difficultés. Même au moment le plus difficile à Wuhan, les 3000 étudiants africains dans cette ville sont traités de façon particulière préoccupante par les autorités, il n’y avait qu’un seul infecté. Aujourd’hui, la pandémie se développe en Afrique. Malgré ses propres difficultés, la Chine a fourni de toute urgence des matériels de lutte contre la pandémie aux pays africains, par la voie gouvernementale, sociale et populaire.  Face à l’épreuve de la pandémie, la Chine et l’Afrique ont plus que jamais besoin de renforcer leur union et de préserver davantage leurs relations de coopération et d’amitié. La Chine continuera d’aider autant que possible ses frères africains, et travaillera main dans la main jusqu’à remporter la victoire finale.

    Il n’y a aucune raison d’une discrimination des africains en Chine.

    1. La vérité ne peut pas être cachée par les rumeurs

    Les succès remarquable que la Chine a remporté la lutte contre la pandémie est dû aux mesures de contrôle et de prévention les plus complètes, les plus strictes et les plus radicales. Elle a consacré des sacrifices énormes, et des pertes humaines et économiques. Aujourd’hui, elle est toujours confrontée à une pression croissante liée aux grands risques des infectés importés. La ville de Guanzhou est capital de la province du Guangdong, une des plus importantes ville de Chine avec presque 15 millions d’habitants. Elle fait face aux sérieux défis liés à ces risques importés, un défi plus grave qu’au mois de février. En moins de 20 jours, on a enregistré plus de 100 cas infecté importé. Pour éviter une résurgence de la pandémie, et préserver les résultats chèrement acquis, la ville de Guangzhou a décidé de faire un test diagnostique et la mise en quarantaine de toutes les personnes entrées en Chine depuis le 8 mars. On compte plus de 50 mille. Une mesure pour protéger la vie et la sécurité de tout le monde dans cette ville. Toutes les personnes,  chinois et étrangers, sont traitées sur un pied d’égalité. Il faut dire que la plupart des personnes respectent volontairement ces mesures, et collaborent facilement. Néanmoins, à cause d’une ignorance des mesures ou d’un refus de ne pas respecter celles-ci, il est arrivéé des cas individuels regrettables de dispute, ou de mésentente. Et le réseau social a fait exagérer, ou même déformer la réalité, ce qui a créé une sorte de panique tant au sein de la communauté africaines que dans certaines zone chinois. 

    La nuage ne peut pas cacher le soleil, le rumeur ne peut pas remplacer la vérité. Nous nous opposons fermement au traitement différencié et pratiquons la tolérance zéro contre tout propos et comportement raciste.

     

    III. Des mesures spéciales pour améliorer la situation des africains à Guangzhou

    La Chine a attaché une grande importance à la situation des ressortissants africains révélée par des Ambassadeurs africains après l’application des mesures de contrôle et de prévention de la pandémie dans la ville de Guangzhou. Les autorités de la province de Guangdong ont pris rapidement des mesures spéciales pour améliorer la situation des africains concernés et leur méthodes de travail. Tel que la levée progressive du contrôle sanitaire à l’égard des Africains qui ne sont pas infectés, suspects ou leurs proches contacts, la mise en place d’un mécanisme de communication efficace avec les Consulats Généraux des pays africains à Guangzhou pour répondre cas par cas leur doléance, la désignation des hôtels spécifiques à l’usage des personnes de nationalité étrangère qui sont demandées à suivre une observation médicale, un allégement ou d’exonération des frais d’hébergement pour des personnes en difficultés, etc.

     

    Il est à souligner que le gouvernement chinois traite toutes les personnes de nationalités étrangères résidant en Chine sur un pied d’égalité. Ceci constitue une politique et une position constantes de la Chine. Les amis africains peuvent obtenir un traitement équitable, juste et amical en Chine. La voie est ouberte pour répondre aux préoccupations raisonnables et aux aspirations légitimes de la partie africaine. En même temps, nous espérons que les amis africains comprennent le sens exact des politiques et mesures prises par les autorités chinoises, respectent les règles de prévention et de contrôle défini par le gouvernement chinois, collaborent avec les autorités locales, et regardent cette affaire de façon rationnelle. 

    Le virus ne connaît pas de frontières. Il est le défi commun de toute l’humanité, et ne peut être vaincu que par des efforts conjugués de tous les membres de la communauté internationale. Nous sommes prêts à travailler ensemble avec nos amis africains, dans la compréhension mutuelle, le soutien réciproque et la coopération, à remporter la victoire finale.

     

    Leadership et charisme politique

    Luc Atrokpo, qui s’y frotte s’y pique!

    (Un militant de Moele-Bénin en paye le prix)

     

    Ange BANOUWIN

     

    Les prémices des élections communales et municipales de 2020 à Cotonou semblent révéler déjà tout leur secret sur l’une des figures de proue dans la panoplie des candidats en lice.

    Tout comme l’annonce de son éventuelle positionnement a fait des vagues dans les medias, et les réseaux sociaux avant de se confirmer suite à la publication des listes de candidature par la Commission électorale nationale autonome (Céna), Luc Sètondji Atrokpo  positionné dans le 13 arrondissement de Cotonou, se révèle de jour en jour comme l’une des candidature les plus en vue. Suivez mon regard : Tout a commencé par une photo d’un masque en pleine pandémie de Coronavirus à l’effigie du patri du candidat et au nom de l’homme politique diffusé sur les réseaux sociaux. Entre indignations et stupéfactions et réserves de quelques uns, la cellule de communication du candidat est montée au créneau pour remettre les pendules à l’heure et botter en touche cette « machination » ourdie contre le candidat. Et comme si cela ne suffisait pas pour  confirmer du sérieux et même du caractère dérangeant de la candidature de l’homme, un recours contre la candidature du maire de Bohicon puisque c’est de lui qu’il s’agit, a fait écho dans les médias. Mais la réponse ne s’est pas fait tarder. A la suite de la publication de ce  recours dans les médias, la ‘’sentence’’ à l’encontre de l’auteur au sein de son parti politique, un parti de la mouvance politique ne s’est pas fait attendre. Il  a été suspendu  de son parti et de ses instances qui certainement ne comptent pas s’acoquiner avec un pareil personnage ; encore moins quand on sait quelle est la trempe de celui qui est visé par ce recours et mieux sa ligne politique.

    L’un mis dans l’autre il n’y aujourd’hui point de doute sur le sérieux de la candidature de Luc Sètondji Atrokpo à Cotonou et le chalenge en perspective. En l’intervalle d’une semaine alors que les empoignades de campagne n’aient véritablement pas encore commencé, il est déjà la cible de ses détracteurs, tapis dans l’ombre et dont les quelques soubresauts sont perceptibles. A l’analyse il ressort de   ce retournement de situation à l’encontre du militant exclus par son parti que : « Luc Atropko qui s’y frotte s’y pique », en attendant la suite du recours déposé à la cour suprême dont il serait trot tôt d’en juger même si la réponse peut paraitre comme un secret de polichinelle pour plus d’un.

     

    36 comments

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment