ALERTE :

    Bénin.Patrice Talon évite le piège de la CADHP - Les Pharaons

    Bénin.Patrice Talon évite le piège de la CADHP

    Chronique de Sulpice Oscar Gbaguidi

    Le Chef de l’État doit-il écouter les sirènes venant de la CADHP et céder aveuglément aux injonctions les plus absurdes? Patrice Talon retire le Bénin du protocole qui permet aux citoyens de saisir la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et dit NON à l’ordonnance de cette Cour à polémique. Pris de vitesse par le stratège de la Marina, la meute affolante jette l’anathème sur le pouvoir de Cotonou et répand, inconsolable, sa chaude bile. On n’est pas surpris de l’ampleur des lamentations et des désillusions dans le bocal hétéroclite de l’opposition. Talon n’est pas tombé dans le piège. On a tout compris du concert plaintif des complices de l’ordonnance.

    Lire aussi : CADHP . Retrait du Bénin : Communales 2020 , quelles implications politiques?

    Audace inédite : la CADHP fantasme sur l’arrêt du processus électoral dans un État souverain et se vante de son ordonnance en bois destinée au placard. Qui est le requérant ? Quelle est son identité politique ? Sébastien Adjavon, opposant au régime de Talon, en exil. L’affaire n’est donc pas anodine. La conspiration est patente. Derrière le masque juridique, s’agite le visage politique qui vise le blocage et l’effondrement du régime de la rupture. On a tout compris de la mise en scène du droit à ce spectacle politique des guignols. Talon n’est pas tombé dans le piège.

    Cette ordonnance de la CADPH , plutôt un ignoble fait divers, vient à la rescousse d’une résistance domestique dont les convulsions sont transposées à l’échelle transfrontalière. Comme la « chétive pécore » de la Fontaine qui « s’enfla si bien qu’elle creva », cette Cour refuse de se confiner dans ses limites et prérogatives et devient la risée du monde. Vouée au destin tragique de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, elle ruine son capital crédit et risque l’éclatement.

    Lire aussi  : Coronavirus : Le Bénin va rouvrir les écoles et relancer son économie

    Talon a raison de ne pas se laisser distraire par cette lancinante petite musique politico-judiciaire qui sert de bande-son à la caravane des anti-rupture. Sur la scène de l’opposition , où se pavanent les acteurs de la Résistance, la stratégie de blocage parait désormais la matrice de l’action politique. La décision de la CADHP est potentiellement dangereuse pour la vie démocratique de la nation. Elle laisse la porte ouverte à un long temps d’incertitudes.

    Les logiques et ressorts de l’ordonnance suicidaire de la CADHP masquent à peine le piège politique tendu dans le labyrinthe juridique. Si Talon baisse pavillon devant cette injonction , l’État béninois perdra le contrôle de l’agenda politique et celui du calendrier électoral. Le gain politique de cette escalade juridique était promis au club de la résistance. La CADHP, arme politico-judiciaire des opposants est programmée pour être au cœur de la bataille électorale. En ligne de mire 2021 et l’échéance suprême de la présidentielle.

    Cette CADHP est visiblement devenue l’alliée de l’opposition. Le piège est grandement ouvert et se refermera sur le Président s’il se met à jouer sur du sable mouvant. Mais, Talon est en avance. Il est encore maître de l’agenda et ne devra pas céder du terrain à un peloton coagulé par le désespoir.
    Concentré sur la pandémie du Covid-19, le champion de la rupture répond à l’impératif de la tenue à bonne date des élections. Le peuple votera le 17 mai et reprendra le chemin des urnes en 2021 dans l’absolu respect des délais constitutionnels. Sans coup férir.


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment