ALERTE :

    Communales 2020 au Bénin et constats de campagne. Les coulisses d’une débâcle en vue aux FCBE - Les Pharaons

    Paul-HOUNKPE

    Communales 2020 au Bénin et constats de campagne. Les coulisses d’une débâcle en vue  aux FCBE

    C’est la fin de la campagne électorale. Quinze jours durant, les partis politiques en lice pour les élections communales et municipales ont battu campagne non seulement dans les espaces médiatiques mais aussi sur le terrain au mépris des dispositions anti Covid-19. Qu’il s’agisse du parti UP, BR, UDBN, FCBE et le PRD, l’enjeu était de taille. Le challenge était à son comble. Les actions de propagande observées ici et là avaient pour but de séduire les citoyens électeurs.

    LIRE AUSSI : Communales 2020 au Bénin, les 10 évènements   marquants de la campagne électorale

    Dans cet environnement politique hautement concurrentiel, l’ambition des différents partis a été de se doter des grands moyens afin de ratisser large au soir du 17 mai 2020. Mais en attendant la vérité des urnes qui sera le baromètre de mesure de l’approbation ou du reniement des 5 offres politiques commercialisées ces 15 jours, un regard analytique sur le déroulement de la campagne électorale permet de classifier les partis politiques en lice. Sur le tableau de bord, le parti FCBE au milieu des frasques de ses membres d’avant la campagne nous intéresse.

    Doute sur le poids de la Fcbe

    Ces quinze derniers jours ont été sans doute éprouvants pour le seul parti politique de ”opposition” sur les cinq en lice pour les élections communales du dimanche prochain. Le parti Force Cauris pour un Bénin Émergent ( FCBE), était attendu pour dominer les débats. L’histoire du parti et sa revendication d’être le seul parti d’opposition apparaissaient comme des éléments susceptibles de le projeter loin devant ses concurrents. Si le parti était attendu c’est aussi et surtout parce qu’avant le processus électoral, un déchirement profond a pris en otage l’avenir du parti sur fond d’antagonisme entre deux ailes.

    LIRE AUSSI : Communales 2020, disparition tragique de Martin Houngbo

    Règnant en maître avec les textes toilettés pour l’obtention du récépissé d’existence légale, Paul Hounkpè, le nouveau Secrétaire Exécutif National ( Sen) du parti Fcbe devrait relever un défi: celui de démontrer le poids du parti en l’absence de ses leaders charismatique dont notamment le président d’honneur, Thomas Boni Yayi, l’ancien Chef d’État qui a démissionné du parti début avril 2020.

    LIRE AUSSI : Communales 2020 au Bénin : Campagne médiatique, Quid des discours et des actes 

    On se rappelle, la démission de Boni Yayi était motivée entre autres par la participation <<à pas forcé>> aux élections communales voulue par le Sen Paul Hounkpè tombé entre temps en disgrâce auprès de l’ancien Président béninois. Boni Yayi a démissionné et plusieurs cadres du parti l’ont suivi délaissant la Fcbe aux seules mains du Sen Paul Hounkpè. Va-t-il assurer ou le navire cauris va-t-il prendre de l’eau? Cette question a un début de réponse au terme de ces quinze jours de campagnes électorales.

    Le service minimum

    Les militants, sympathisants et autres citoyens ayant de l’estime pour le parti Fcbe auraient souhaité avoir mieux de la part des nouveaux dirigeants du parti orphelin de Boni Yayi qui, jusqu’à sa démission était le joker/leader incontestable. La présente campagne électorale était comme un baptême de feu pour Paul Hounkpè et consorts. Mais il est certain, au regard de la production moyenne du parti, que le nouveau Secrétaire exécutif national a fait un service minium. Pendant toute la campagne électorale, le débat a été littéralement dominé par les deux grands blocs du pouvoir et quelques bonnes notes du parti UDBN. La Fcbe dans sa version actuelle semble avoir été étouffée et phagocytée.

    LIRE AUSSI : Communales 2020 au Bénin,  PRD. Adrien HOUNGBEDJi règles ses comptes avec Louis Vlavonou

    A Cotonou par exemple, le parti de Hounkpè était presque aux abonnés absents sur les posters géants et les affiches des partis et candidats. Il fallait chercher et promener les regards avant de déceler quelques affiches aux tailles réduites accolées aux murs. Les grands axes ont été pris d’assaut par d’autres partis. Ici, il s’est posé sans doute, un problème de moyens déployés pour valoriser les candidats de la liste Fcbe. Ou encore, presque assurés de ne pas avoir les 10% de suffrages au plan national, seuil exigé pour être éligible à l’attribution des sièges, les nouveaux ”patrons” du parti Fcbe n’ont pas voulu gaspiller les ressources. La ferveur populaire habituelle que l’on observe autour du parti Fcbe s’est éteinte aussi curieusement pendant cette campagne.

    LIRE AUSSI : Coronavirus, L’Union Européenne annonce un appui financier pour soutenir les efforts du Bénin

    Or, en 2019, avant les législatives auxquelles le parti n’a pu participer, beaucoup d’observateurs s’accordaient sur le fait que le parti allait ratisser large au regard de la ferveur populaire et l’espoir qu’il générait. Inutile d’avancer comme alibi le Covid-19. Sur les réseaux sociaux, espaces virtuels sur lesquels la campagnes s’est faite, le parti Fcbe version Hounkpè  était également absent. Le parti orphelin de son leader charismatique Boni Yayi avait aussi un problème de discours. Pour les candidats, il fallait d’abord se laver de tout soupçon de deal avec le pouvoir, clamer l’appartenance du parti à l’opposition et dire pourquoi il fallait participer à ces élections communales.

    LIRE AUSSI : Coronavirus. Simon-Pierre Adovèlandé  expose le plan élaboré pour  renforcer la coopération sino-africaine dans le domaine de la santé

    A tous égards, la démission de Boni Yayi a fragilisé le parti Fcbe. Elle a renforcé les sentiments de doute chez les populations qui elles, sont à la recherche de vrais partis politiques avec une ligne claire ( opposition ou mouvance). Le flou autour du statut du parti et les frasques entre ses membres ont occasionné une baisse d’estime dans les rangs des sympathisants. Pour cette première phase déterminante du processus électoral, l’élan de la Fcbe sous Hounkpè a fait flop. Et ce service minimum observé pendant cette campagne électorale présage de gros risques dans les urnes pour le parti Fcbe le dimanche prochain.

    2 comments

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment