ALERTE :

    Installation des Conseils communaux au Bénin. Faux départ dans 06 communes - Les Pharaons

    Seidou

    Installation des Conseils communaux au Bénin. Faux départ dans 06 communes

    Océane Leannon

    Conformément aux dispositions du code électoral en vigueur au Bénin, les préfets des douze départements ont convoqué et démarré les traditionnelles sessions d’installation des conseils communaux. Et ceci, suite au scrutin du dimanche 17 mai 2020 suivi de la proclamation des résultats par la Commission électorale nationale autonome ( Cena) le jeudi 21 mai dernier. Les cérémonies d’installation des conseils communaux ou municipaux, au-delà de leur portée juridique sont recouvertes d’une charge symbolique qui tire sa source dans le bassin de codes culturels. Ce bassin est parfois le produit de superstitions, parfois le produit de faits historiques ou parfois le produit de déductions de cause à effet.

    Quoi qu’il en soit et même dans les milieux incrédules dans le contexte béninois, une perception dominante tend à sacraliser le ”début, le départ ou de l’ouverture” de toutes choses. Au fond, l’idée qui s’y cache et qui est aussi étendue sur le fertilisant de la croyance religieuse est de dire: ” un mauvais départ prédispose à un échec total”.

    Malheureusement, ce ” faux départ ” semble s’être invité à la cérémonie d’installation des nouveaux conseils communaux ce jeudi 28 mai 2020 dans certaines communes du Bénin. Ce jeudi 28 mai, 22 conseils communaux devraient être installés suivant l’agenda des préfets dans les différents départements. Malheureusement, la journée du jeudi 28 mai a refermé ses portes et seulement 16 conseils communaux ont pu être installés en raison de certaines contingences politiques enregistrées dans six (06) communes.

    Zogbodomey, Adjarra, Matéri, Houeyogbé et Parakou sont sur la ligne rouge et leurs populations devront encore patienter avant de connaître les nouveaux Maires. Dans ces communes où par endroit, la majorité absolue des sièges de conseillers est revenue à des partis politiques, la désignation du Maire s’est heurtée à une muraille d’échec faute de suffrage majoritaire comme prévu par le code électoral. Le cas de Parakou, ville vitrine du Nord-Bénin où le parti FCBE détient la majorité absolue avec ses 17 conseillers est frappant.

    Des préfets ayant reçu la déclaration de candidature consensuelle ( cas de Ifangni) avant l’ouverture des sessions ont été surpris de constater un vote contraire, l’émergence de nouvelles candidatures en pleine session et un échec des conciliabules recommandés sur place. Toutes choses qui laissent un goût d’impréparation, d’échec de tractations entre partis politiques, de défaut de consensus autour des candidats au poste de Maire et de divergences accrues à l’intérieur d’un même parti majoritaire. Avec ce tableau, les vieux démons qui ont toujours hanté la décentralisation semblent résister à la réforme du système partisan.

    En attendant d’autres surprises désagréables, les préfets, eux, sont obligés de reporter les séances d’installation des conseils communaux sans avoir aucune certitude sur l’issue avec des conseillers aux comportements imprévisibles. Le faux départ dans certaines communes est ainsi acté.

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment