ALERTE :

    Bénin/Communales 2020 L’élection du nouveau maire Maire d’Athièmè contestée - Les Pharaons

    Bénin/Communales 2020

    L’élection du nouveau maire Maire d’Athièmè contestée

    Omer ANIOUVI

    L’élection le jeudi 28 Mai 2020, du nouveau maire de la commune d’Athiemé, sera incontestablement déférée devant la Cour suprême, la haute juridiction compétente pour connaître du contentieux afférent aux élections communales et municipales. En tout cas, c’est ce qui se susurre dans tout Athiémé à la suite de ce qui est qualifié par les contestataires de “mascarade et de parodie d’élection.”

    Ce jeudi 28 Mai 2020, date retenue pour le vote du Maire et de ses Adjoints, le Bloc Républicain, parti majoritaire, présente la candidature du maire sortant Saturnin Dansou au vote des conseillers. A la surprise générale, ce seul candidat n’obtient pas la moitié plus 1 des suffrages exprimés requis pour être déclaré élu par le Préfet. En effet, sept (7) de ses pais lui ont accordé leur confiance contre huit (8) qui n’ont pas voulu de lui à la tête de la mairie. Le Bloc Républicain dont il est issu refuse de proposer un autre candidat comme le lui demande le présidium, soutenu qu’il était par le préfet du Mono qui demande de reprendre le vote autant de fois qu’il faut jusqu’à l’élection de Saturnin Dansou, candidat recalé. Les multiples suspensions appuyées par des négociations n’ont pas fait démordre la majorité des conseillers qui s’opposaient à la reprise du vote autant de fois que nécessaire jusqu’à l’élection du candidat rejeté.
    Suite au refus du présidium de faire reprendre le vote pour le même candidat, l’Autorité de tutelle révoque le bureau électoral et met en place un nouveau présidium. Les conseillers de l’Union Progressiste quittent la salle en signe de protestation. Ce qui n’a pas empêché le préfet d’organiser l’élection d’un maire pour Athiémé. Est-ce une élection ou une nomination ? En tout cas, c’est une élection que la loi prévoit ainsi que le dispose le code électoral en son article 189 : « Le maire et ses adjoints sont élus par le Conseil communal en son sein, au scrutin uninominal secret et à la majorité absolue. Le candidat aux fonctions de maire ou d’adjoint au maire est présenté par le parti ayant obtenu la majorité absolue des conseillers ».
    Le Préfet ne rend ainsi aucun service ni au Bloc Républicain, ni au Président Patrice Talon qui pourtant a été très pointilleux sur le respect des textes à la veille de l’élection des Maires et de leurs Adjoints.
    En attendant l’arrêt de la cour suprême, il y a lieu de reconnaître que nous sommes en face d’une parodie d’élection indigne de la démocratie béninoise. Le doit sera dit.

    175 comments

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment