ALERTE :

    Loi portant interprétation et complétant le code électoral au Bénin. Nouveau blocage à Djougou et Malanville - Les Pharaons

    communes

    Loi portant interprétation et complétant le code électoral au Bénin.

    Nouveau blocage à Djougou et Malanville

    Les conseils communaux installés à Djougou et à Malanville ne reçoivent pas l’accord des conseillers, et certains leaders, malgré les dispositions du code électoral. Ce samedi 06 juin 2020, des contestations ont suivi la présentation du conseil communal de Djougou. A Malanville, l’accord de gouvernance signé pour installer le conseil communal vient d’être rejeté par les conseillers de l’Union Progressiste.

    LIRE AUSSI : Bénin/Actualités Les non-dits de la loi interprétative selon le secrétaire général du MPL

    La journée du samedi a permis aux Préfets des différents départements, de procéder à l’installation de plusieurs conseils communaux. A Djougou et à Malanville les grognes se sont par contre multipliées après l’installation des maires.

    LIRE AUSSI : Code électoral au #Bénin. Une nouvelle réponse à  la règle des 10% imposés aux partis politiques 

    Dans le premier cas , c’est à dire Djougou, ce sont les rois et autres leaders religieux qui sont montés au créneau. A travers un courrier adressé au ministre Abdoulaye Bio Tchané , ils ont fustigé le choix du Premier Adjoint au Maire. Selon eux, c’est plutôt l’ancien Maire qui mérite le poste de Premier Adjoint. Ce courrier risque de n’avoir aucune incidence sur le processus en cours et qui a été conduit dans le respect strict de la loi.

    LIRE AUSSI : Loi Interprétative et complétant le code électoral. Rêve présidentiel brisé au Bénin, le  tacle de Abdoulaye Gounou  

    A Malanville la situation est un peu plus complexe. Les élections communales du 17 Mai 2020 n’ont permis à aucun parti de réunir la majorité absolue. Le nombre de sièges est de 29. Le BR vient en tête avec 11 sièges suivi de UP 10 sièges, et   FCBE   8 sièges. De sources concordantes, les conseillers s’apprêtaient à faire une alliance   UP-FCBE  pour confier la mairie à Idrissou BAKO des FCBE. Au cours d’une rencontre à Cotonou, Patrice Talon avait demandé aux partis le soutenant d’éviter les alliances contre nature avec l’opposition.

    LIRE AUSSI : #Mairie de d’Abomey-Calavi. Les premiers mots de Angelo Ahouandjinou, ce que fera le nouveau maire 

    Sur la base des amendements apportés au code électoral,  un accord de gouvernance communale a été  signé par BR et UP, les deux partis du pouvoir.  Le Maire devient BR, avec  Guidami GADO et les autres postes répartis au sein des deux partis de la mouvance.

    LIRE AUSSI : #Bénin. Réaction de l’UNAMAB après la disparition tragique du magistrat Marc Robert DADAGLO

    Mais contre toute attente, les conseillers UP et FCBE étaient absents à la séance d’installation dirigée par le préfet dans les locaux de la Mairie. Pire, à travers un courrier,  ils   rejettent tout accord de gouvernance communale entre BR et UP. Les contestataires soutiennent que l’accord de gouvernance conclu, ne tient pas compte   compte les réalités de la commune.


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment