ALERTE :

    Loi interprétative et complétant le code électoral; Cyriaque Agonkpahoun se prononce sur la célérité observée par l’Assemblée Nationale - Les Pharaons

    cyriaque 2

    Loi interprétative et complétant le code électoral.

    Cyriaque Agonkpahoun se prononce sur la célérité observée  par l’Assemblée Nationale

    Océane Léannon

    Louis Vlavonou, Président de l’Assemblée nationale du Bénin

    L’adoption en procédure d’urgence au parlement et la promulgation de la loi portant Interprétation et complétant la loi n°2019-43 du 15 novembre 2019 portant code électoral du Bénin sont-elles des actions inédites ? Ou encore peuvent-elles être des éléments constitutifs de péché législatif? Sur l’émission Diagonale de la chaîne de télévision Bi News ce dimanche 7 juin 2020, l’expert en aménagement du territoire et urbanisme durable, Cyriaque Agonkpahoun a apporté son éclairage.

    LIRE AUSSI : Bénin/Société: Covid-19 : Les détails sur le 4ème décès enregistré

    Sur le vote de la loi interprétative, l’expert estime que les députés sont des acteurs attentifs de la dynamique en cours à l’intérieur des collectivités territoriales. Citant l’exemple de la France et d’autres pays du Nord, Cyriaque Agonkpahoun fait savoir que la pratique qui consiste à modifier les textes déjà votés suite à des problèmes constatés dans la mise d’application est courante. Le vote de la loi interprétative du code électoral est ” tout à fait normal ” selon l’expert en aménagement du territoire.

    LIRE AUSSI : Bénin/Cour constitutionnelle Plus de 1000 décisions rendues en deux ans par la 6eme mandature

    Il y a eu, une levée de bouclier dans les rangs des Osc contre cette modification du code électoral. La plateforme électorale des Osc a estimé que cette initiative ” installe le Bénin dans une insécurité législative et institutionnelle”. Mais Cyriaque Agonkpahoun ne partage pas cette lecture. Pour l’invité de Bi News TV, ” nous n’avons pas été habitués à vivre avec une dynamique dans nos lois”. En temps normal, dira-t-il, quand on prend une loi, il faut un organe d’évaluation des impacts de la loi sur les habitudes.

    LIRE AUSSI : #Bénin/Coopération sous-régionale Réouverture des frontières terrestres nigérianes : un dossier classé?

    Rencontre entre Patrice Talon et la classe politique après les Communales 2020

    Mais cet organe n’existe pas au Bénin et le gouvernement dont la ”vigilance” est saluée par Cyriaque Agonkpahoun joue quelque peu le rôle d’évaluateur. Pour l’expert, la célérité dans la relecture du code électoral répond à un besoin d’amélioration; lequel besoin est lié à la ” précipitation” avec laquelle ce code avait été adopté pour atteindre certains objectifs précis. Sous sa casquette de politiste spécialiste du management public territorial, Cyriaque Agonkpahoun pense qu’il est inadmissible qu’on accepte que les ”gens se battent dans nos conseils communaux”.

    LIRE AUSSI : Piraterie maritime au #Bénin.Le Commandant du Port Autonome de Cotonou à la CRIET  

    Au-delà des réserves émises sur la modification du code électoral, Cyriaque Agonkpahoun pense qu’il faut avancer et surtout procéder rapidement de façon organisée au toilettage de la loi sur les collectivités territoriales. A cette occasion, suggère l’expert, il faudra associer tous les acteurs pour passer en revue les lacunes aussi bien du code électoral mais aussi celles contenues dans toutes les autres lois en rapport avec la décentralisation.


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment