ALERTE :

    Réforme du système partisan au #Bénin. Jacques Ayadji inquiet, Patrice Talon réservé lors des discussions sur le code électoral - Les Pharaons

    49967734921_cf80935027_c

    Réforme du système partisan au Bénin. Jacques Ayadji inquiet, Patrice Talon réservé  lors des discussions sur le code électoral

    La modélisation prônée du cadre politique et du système électoral par le Président de la République Patrice Talon est depuis quelques mois perceptible avec le vote d’une série de lois et les innovations constatées à l’occasion des élections législatives et des communales organisées. Au-delà des points de progrès, la question de la transhumance politique suscite chez certains acteurs, un sentiment d’insatisfaction.

    LIRE AUSSI : Communales 2020 au Bénin. Consultez la liste complète des 77 maires de la quatrième mandature de a décentralisation.

    À l’occasion de la rencontre entre le Chef de l’État et certains partis politiques le mercredi 3 juin dernier, c’est Jacques Ayadji, le président du Moele-Bénin qui a exprimé ses craintes sur la prégnance de la transhumance dans le milieu politique. Citant le dernier alinéa de l’article 194 nouveau du code électoral modifié, Jacques Ayadji estime que le législateur a envisagé une ” évolution de la majorité ” au sein des conseils communaux à l’occasion du remplacement des maires en cas de vacance de poste. Et pour le président du Moele-Bénin, cette évolution de la majorité sera la conséquence d’une transhumance politique censée être combattue par la réforme du système partisan.

    LIRE AUSSI : Communales 2020 au Bénin. Dieudonné Gbédjekan annonce un plan d’urbanisation pour la commune de Klouékanmé

    Les réserves de Talon

    ” Moi, j’ai toujours été très réservé sur cette velléité que nous avons depuis un moment à empêcher la migration des acteurs politiques d’un courant à un autre ”, a lancé Patrice Talon en réponse aux craintes soulevées par le président du parti Moele-Bénin. Selon le Chef de l’État, la transhumance politique intempestive au gré des circonstances, de la couleur et du temps est ” vraiment un travers”.

    LIRE AUSSI : #Bénin/Insécurité Six individus interpellés à Abomey-Calavi pour vol et recel

    Mais, on peut adhérer à un parti politique et ne plus sentir que ses valeurs sont assurées par ce parti politique, a reconnu Patrice Talon. En raison de cette réalité, empêcher les ” gens de changer de camp politique n’est pas admissible”, a expliqué le Président de la République pour qui, cet empêchement serait ” contraire aux libertés ”. Sans ambiguïté, Patrice Talon a définitivement tranché cette question liée à la transhumance politique. ” Il faut se garder impérativement de limiter ce droit”, a laissé entendre Patrice Talon.

    LIRE AUSSI : Communales 2020 au #Bénin : Malick Gomina explique pourquoi il s’est lancé en politique

    Avant les élections communales du 17 mai 2020, les deux grands blocs politiques de la mouvance ( UP, BR) avaient enregistré des démissions et des adhésions de militants. Des militants démissionnaient du parti UP pour rejoindre le parti BR et vice-versa.

    LIRE AUSSI : Pollution environnementale au #Bénin, plusieurs personnes en prison

    Pour certains leaders d’opinion, cette vague de migration d’acteurs politiques entre des partis pro-Talon était une faiblesse de la réforme du système partisan. Des voix s’étaient alors levées pour appeler à recadrer la transhumance politique. Patrice Talon qui s’est peu prononcé sur le sujet vient ainsi de situer ses compatriotes sur sa lecture de la transhumance politique.


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment