ALERTE :

    L’Asie accélère la réduction des coronavirus alors que de nouveaux clusters éclatent - Les Pharaons

    corona

     Les États australiens ont resserré les frontières et restreint les visites dans les pubs mardi, tandis que Disney s’apprêtait à fermer son parc à thème de Hong Kong et le Japon a intensifié le traçage alors qu’un saut dans de nouveaux cas de coronavirus à travers l’Asie a attisé les craintes d’une deuxième vague d’infections .

     De nombreuses régions d’Asie, la première région touchée par le coronavirus qui a émergé dans le centre de la Chine à la fin de l’année dernière, trouvent des raisons de suspendre la réouverture de leurs économies, certaines après avoir été saluées pour leurs premières réponses à l’épidémie.

    L’Australie a largement évité le nombre élevé de cas et de victimes observés dans d’autres pays grâce à des mesures rapides et strictes, mais un pic de cas transmis par la communauté dans l’État de Victoria et une augmentation du nombre de nouveaux cas en Nouvelle-Galles du Sud ont inquiété les autorités.

    L’Australie-Méridionale a annulé son intention de rouvrir sa frontière avec la Nouvelle-Galles du Sud le 20 juillet, tandis que le Queensland a instauré une quarantaine obligatoire de deux semaines pour les personnes ayant visité deux zones de la banlieue ouest de Sydney.

    La Nouvelle-Galles du Sud, qui a vu plusieurs dizaines de cas liés à l’épidémie à Victoria, a déclaré que les pubs seront limités à 300 personnes, répondant à une épidémie centrée dans un grand hôtel du sud-ouest de Sydney.

    «L’activité intérieure, où les gens ne sont pas assis, représente un énorme risque pour la santé. Cela augmente les chances de transmission », a déclaré la première ministre Gladys Berejiklian aux journalistes. Melbourne, la deuxième plus grande ville d’Australie, est dans la deuxième semaine d’un lock-out de six semaines

    MAUVAISE DIRECTION

    Le nombre d’infections à coronavirus dans le monde a atteint 13 millions lundi, selon un décompte de Reuters, montant d’un million en seulement cinq jours. La pandémie a tué plus d’un demi-million de personnes en six mois et demi. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que la pandémie s’aggraverait si les pays ne respectaient pas les strictes précautions.

    “Permettez-moi d’être franc, trop de pays vont dans la mauvaise direction, le virus reste l’ennemi public numéro un”, a déclaré lundi le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

     Dans l’hémisphère Nord, les pays se précipitent pour maîtriser les épidémies avant l’hiver, ce qui pourrait entraîner une nouvelle poussée. Une deuxième vague d’infections en Grande-Bretagne cet hiver pourrait tuer jusqu’à 120 000 personnes sur neuf mois dans le pire des cas, selon les experts de la santé.

    Hong Kong, qui a remarquablement souffert de quelques cas lors de la première vague de la pandémie, imposera des mesures strictes de distanciation sociale à partir de minuit mardi, la plus stricte à ce jour dans le centre financier asiatique. Hong Kong a enregistré 52 nouveaux cas lundi, dont 41 ont été transmis localement, ont indiqué les autorités sanitaires. Depuis fin janvier, Hong Kong a signalé 1 522 cas et les médias ont fait état d’un huitième décès lundi.

    “L’émergence récente de cas locaux de source d’infection inconnue indique l’existence d’une transmission silencieuse soutenue dans la communauté”, a déclaré le gouvernement de Hong Kong. Walt Disney Co a annoncé la fermeture temporaire de son parc à thème Disneyland de Hong Kong à partir de mercredi.

    La Chine, qui a contenu un cluster à Pékin ces dernières semaines, a assoupli les restrictions à la frontière entre Macao et la province voisine de Guangdong, envoyant des actions d’opérateurs de casino de Macao en plein essor.

    À Tokyo, les responsables de la santé tentaient de localiser plus de 800 membres d’un public de théâtre après que 20 personnes, dont des membres de la distribution d’une récente performance, ont été testées positives pour le coronavirus.

    Le Japon, qui n’a pas connu d’épidémie explosive, va de l’avant avec son assouplissement des restrictions, avec l’intention de rouvrir une piste dans l’un de ses plus grands aéroports, même si les infections persistent dans les grandes villes, les zones rurales et sur les bases militaires américaines.

    La capitale technologique de l’Inde, Bengaluru, entame mardi un nouveau verrouillage d’une semaine après une flambée de cas suite à l’assouplissement des restrictions. D’environ 1 000 cas le 19 juin, alors que la ville aurait échappé au pire grâce à la recherche des contacts, elle est passée à près de 20 000.

    Les experts en matière de santé disent que le mouvement des personnes suite à la levée d’un verrouillage national en juin a conduit Bengaluru à reculer. D’autres villes, dont Pune et Aurangabad, ont réimposé les bordures ces derniers jours.

    Les Philippines ont enregistré cette semaine la plus forte augmentation quotidienne de décès dus aux coronavirus en Asie du Sud-Est et une partie de Manille sera de nouveau bloquée, affectant 250 000 habitants. Un porte-parole présidentiel a déclaré qu’il était peu probable que les restrictions dans d’autres parties de la capitale soient assouplies.

    Le président indonésien Joko Widodo a résisté à la pression de verrouillage en raison des inquiétudes concernant l’économie, malgré le plus grand nombre de décès dus au virus en Asie de l’Est en dehors de la Chine. Aujourd’hui, le gouverneur de Jakarta envisagerait de resserrer certaines des restrictions relativement légères en place après une flambée des cas dans la capitale.

    Même la Thaïlande, qui n’a pas signalé de cas transmis localement depuis six semaines, a renforcé la sécurité aux frontières en raison des inquiétudes suscitées par une deuxième vague d’infections après l’arrestation de milliers de migrants illégaux le mois dernier.

    SYDNEY / TOKYO (Reuters) –

    Equipe Les Pharaons


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment