ALERTE :

    Décentralisation au #Bénin : Luc Gnancadja expose l’inadéquation entre les financements et les enjeux - Les Pharaons

    luc

    Près d’une vingtaine d’années après la mise en œuvre de la décentralisation, les acteurs de la gouvernance locale reconnaissent le relatif échec du processus. Beaucoup de facteurs sont à la base de ce constat. Luc Gnancadja, ancien ministre, ancien sous-secrétaire des Nations-Unies, est revenu sur les causes de cet échec. Il met notamment en avant l’insuffisance des financements consacrés aux enjeux du développement local.

     

    LIRE SON OPINION

     

    Les ressources propres des communes, faites d’impôts locaux directs ou indirects et de ressources non fiscales (recettes des prestations et services des administrations communales) sont faibles quoique leur recouvrement soit en amélioration par exemple de 8,8 % en 2017 et 2018, pour s’élever à 35,64 milliards en 2018 pour l’ensemble des 77 Communes du Bénin.

    En ce qui concerne les transferts financiers de l’État vers les communes, opérés via le FADeC, avec le gouvernement de la Rupture, ces transferts ont connu une très forte croissance – d’environ 50 % entre 2017 et 2020 -, passant de 31,67 milliards en 2017 à une dotation prévisionnelle de 47,24 milliards dans le budget de 2020. Cette performance est à saluer. Cependant, cette dotation représente moins de 3 % du budget prévisionnel de l’État pour la même année.

    Ainsi, le total des ressources propres et des transferts équivaut à peine à 5 % du budget global de l’État. Ceci est largement insuffisant pour booster le développement local et entre autres accélérer l’atteinte des objectifs du développement durable (Odd) dont il faut rappeler que 60% des cibles identifiées comme prioritaires par le Bénin ont un ancrage local, et qu’à peine un ménage sur quatre à accès aux services de base dans notre pays malgré les actions déjà menées à travers l’impulsion indéniable donnée par le gouvernement aux investissements publics. A titre de comparaison, parmi les pays les plus performants en Afrique en matière de financement de la décentralisation (rapporté au budget global de l’État) figurent l’Ouganda (23 %), le Rwanda 20 %, l’Afrique du Sud (19,3 %) l’Éthiopie (15 %), le Ghana 10 %. Au Rwanda par exemple, en 2014, la part du budget d’investissement du ministère de la Santé et du ministère de l’Education mais exécutée à travers les budgets communaux est respectivement de 35 % et 47 %. Pour révéler le Bénin et ses territoires, le gouvernement de la Rupture peut légitimement ambitionner de rejoindre ce club de champions de la décentralisation en Afrique.

    admindios


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment