ALERTE :

    Mairie de Parakou Charles Toko jette l’éponge, redevenir maire n’est plus sa priorité - Les Pharaons

    toko

    C’est une grosse cylindrée dans le gotha politique de Parakou qui vient de réorienter ses ambitions au conseil communal de la ville. Charles Toko, puisque c’est de lui qu’il s’agit ne sera pas le prochain maire de la troisième ville à statut particulier du Bénin. Sur une radio locale ce week-end, l’ex-maire réélu conseiller communal a clairement fait savoir que la reconquête du fauteuil de maire de Parakou n’est plus une priorité. A la mairie de Parakou, toutes les cartes sont à rejouer après l’invalidation du siège d’un conseiller communal Fcbe.

    En l’absence d’une majorité absolue, deux possibilités se dessinent pour la composition de l’exécutif communal à Parakou. Il s’agit de la signature d’un accord de gouvernance communale entre les partis Fcbe, Br et Up pour la désignation du maire et ses adjoints ou à défaut d’une élection pure et simple. Dans ce nouveau schéma, l’ex-maire Charles Toko était pressenti ; lui qui avait raté à une voix près d’être reconduit à la tête de la municipalité. Mais l’homme ne se voit plus à nouveau maire de Parakou même si l’opportunité lui est offerte.
    ”Je confirme, depuis toute cette semaine, j’ai passé mon temps à recevoir les offres du Bloc Républicain et de l’Union Progressiste. On a échangé sur la nouvelle donne à la commune et on a fait toute sorte d’analyse possible”, a fait savoir Charles Toko. L’ex-maire révélait ainsi les coulisses des tractations politiques entre les deux partis de la mouvance pour le reconduire à la tête de la ville de Parakou. ” Je leur ai fait savoir que personnellement, je ne tiens pas à revenir comme Maire de Parakou; on a discuté tout autour, j’ai avancé mes raisons, ils ont avancé leurs raisons (…)”, a dit Charles Toko.
    Avec la réforme du système partisan, reconnaît l’ex-maire qui décline l’offre de sa reconduction, le parti aura une voix prépondérante et visiblement le dernier mot quand au choix de son candidat au poste de maire. Charles Toko nuance cette toute puissance des partis politiques et explique que même si le parti est au-dessus des élus, ” il y aura des discussions préliminaires”.
    En déclinant très tôt l’offre d’une désignation comme nouveau maire de Parakou, Charles Toko explique qu’il travaille ainsi à éviter que les responsables du BR ou de l’UP ne soient surpris lorsque le processus sera enclenché à la mairie.
    Même s’il n’entend plus assumer les fonctions de maire à Parakou, la possibilité que Charles Toko soit contraint par son parti n’est pas à exclure. Là-dessus, l’ex-maire fait savoir qu’il expliquerait au parti que ce n’est pas en étant maire qu’on peut servir Parakou. ” On peut servir Parakou en étant simple conseiller, (…) en étant simple citoyen. Je suis un entrepreneur, tout le monde le sait, je travaille dur; le nouveau maire, pourquoi ne pas être son conseiller ? Pourquoi ne pas travailler avec lui la main dans la main? “, a martelé Charles Toko qui ne doute pas un seul instant de son choix de ne plus être Maire à Parakou. Avec ces confidences, Charles Toko ne devrait plus être compté parmi les prétendants au fauteuil de maire de Parakou.
    D’un ton ferme, l’homme entend même forcer avec douceur la main aux responsables de son parti pour ne pas être contraint de devoir, malgré lui, assumer à nouveau les fonctions de maire à Parakou.

    admindios


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment