ALERTE :

    Twitter retire une vidéo postée par Trump pour désinformation sur la COVID-19 - Les Pharaons

    téléchargement (14)

    Twitter a retiré lundi soir une vidéo postée par le président américain Donald Trump, qui diffusait de fausses informations sur le nouveau coronavirus, a-t-on appris mardi auprès du réseau social.

    La plateforme a également suspendu mardi provisoirement le compte Twitter de son fils, Donald Trump Junior, qui a rediffusé la vidéo. «Les tweets accompagnant la vidéo violent notre politique concernant la désinformation sur la COVID-19», a indiqué à l’AFP un porte-parole, à propos de la vidéo retirée du compte du président républicain.

    Twitter s’est refusé à donner plus d’informations, notamment sur le nombre de personnes ayant pu regarder la vidéo.Cette dernière avait déjà été retirée par Facebook lundi soir, a indiqué un porte-parole du premier réseau social mondial.

    «Nous avons supprimé cette vidéo parce qu’elle partageait de fausses informations sur les remèdes et les traitements de la COVID-19», a expliqué le porte-parole.Cette vidéo montrait un groupe de médecins faisant des déclarations trompeuses et fausses sur la pandémie de coronavirus. Selon le Washington Post, plus de 14 millions de personnes l’ont regardée via Facebook.

    Puis, quelques heures plus tard, le président Donald Trump a tweeté plusieurs clips de la même vidéo à ses 84,2 millions d’abonnés. La vidéo affirme entre autres que les masques ne sont pas nécessaires pour arrêter la maladie.

    Pendant une demi-heure, selon le quotidien américain, M. Trump a aussi partagé 14 tweets pour défendre l’utilisation de l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique que le président a promu à plusieurs reprises, mais dont plusieurs études scientifiques ont montré l’inefficacité dans le traitement de la COVID-19.

    Twitter est la principale plateforme de communication de Donald Trump, mais depuis quelques semaines, le réseau a pris ses distances, n’hésitant pas à sanctionner des tweets du président.À titre d’exemple, Twitter avait épinglé le 23 juin le président américain avec une mention signalant qu’un de ses tweets «enfreignait» les règles du réseau portant sur les «comportements inappropriés», tout en laissant la possibilité de le lire.

    Quelque temps avant, la plateforme avait signalé comme trompeurs des propos de Donald Tump sur le vote par correspondance, articles de journaux à l’appui. Puis elle avait épinglé un autre tweet pour «apologie de la violence»: «Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles», déclarait Donald Trump au sujet des manifestations qui dégénéraient parfois en émeutes.

    Mardi, Twitter a aussi suspendu le compte du fils du président.

    «Ce compte n’a pas été suspendu définitivement», a indiqué le porte-parole de Twitter.«Selon la capture d’écran, le tweet doit être supprimé, car il enfreint nos règles (sur le partage de fausses informations sur la COVID-19), et le compte aura des fonctionnalités limitées pendant 12 heures», a-t-il ajouté.En d’autres termes, Donald Trump Jr sera restreint dans ses possibilités de tweeter.

    TRUMP BROUILLE LE MESSAGE

    Le changement de ton aura été de courte durée: Donald Trump a une nouvelle fois semé le doute sur la COVID-19 en relayant des informations erronées sur les traitements et des attaques contre l’immunologue Anthony Fauci.

    Après une amélioration vers la fin du printemps, l’épidémie a repris de plus belle aux États-Unis, pays le plus endeuillé au monde avec plus de 148 000 morts.La situation est particulièrement inquiétante en Californie, en Floride et au Texas, où les autorités ont été contraintes d’imposer des restrictions à rebours du déconfinement.

    Cible, une nouvelle fois, des attaques de la Maison-Blanche, le Dr Fauci, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses, a gardé son calme habituel.«Pouvez-vous continuer à faire votre travail quand le président des États-Unis met publiquement en doute votre crédibilité?», lui a demandé sur ABC le journaliste George Stephanopoulos.«Je ne tweete pas. Je ne lis même pas les tweets», a répondu le célèbre chercheur à l’accent new-yorkais prononcé qui jouit d’une grande popularité aux États-Unis.

    «Je vais juste continuer à faire mon travail quoiqu’il arrive parce que je pense que c’est très important. Nous sommes au milieu d’une crise, d’une pandémie». Depuis plusieurs jours, Donald Trump assure que la sortie de la crise sanitaire est en vue grâce au «génie» pharmaceutique américain.

    Lundi, il s’est rendu en Caroline du Nord sur le site de production du vaccin expérimental développé par l’une des sociétés dans lesquelles son gouvernement a investi.Au total, Washington a dépensé 6,3 milliards depuis mars pour financer des projets concurrents, chez des laboratoires établis comme Johnson & Johnson, Pfizer et AstraZeneca, et chez deux petites sociétés de biotechnologie, Novavax et Moderna.

    Le dirigeant a baptisé l’opération «Warp Speed» (un terme de science-fiction signifiant «plus rapide que la vitesse de la lumière») et ne cache pas que son objectif est de vacciner l’Amérique d’abord, loin des discours européens sur le vaccin comme «bien public mondial».Interrogé sur les recherches en cours sur de possibles vaccins, le Dr Fauci s’est dit «prudemment optimiste» sur des nouvelles positives «à la fin de l’automne et au début de l’hiver».

    Equipe Les Pharaons


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment