ALERTE :

    Après la dissolution de l’OCBN, Séverin Quenum annonce un combat juridique pour protéger l’économie - Les Pharaons

    severin quenum

    Josiane Bonou


    L’Organisation Commune Bénin- Niger ( OCBN) a été dissoute du patrimoine ferroviaire du Bénin. C’est la grosse nouvelle qui a couronné la troisième session extraordinaire de l’Assemblée Nationale ce lundi 3 août 2020. Les députés de la huitième législature ont acté la dissolution de l’Ocbn et la mise en concession de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey. Ceci, à travers l’adoption de la loi N° 2020-29 portant autorisation de ratification de l’accord relatif à la dissolution de l’Organisation commune Bénin-Niger des chemins de fer et des transports (OCBN) et à la mise en concession de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey, signé à Cotonou, le 19 mars 2015, à l’exclusion des articles 2 et 3 de l’accord. Ce choix a été approuvé par l’unanimité des députés présents ou représentés.

    LIRE AUSSI : UMOA-Titres.Le Bénin en quête de 30 milliards ce 6 août 2020

    La dissolution de l’OCBN risque de générer de graves préjudices sans précédent à l’État béninois. Les élus du peuple en sont bien conscients. C’est pourquoi avant le vote de la loi, ils ont été nombreux à soulever une kyrielle de questions et des craintes. Dans son intervention le député Rachidi Gbadamassi a mis l’accent sur l’urgence pour le gouvernement de prendre des mesures juridiques et judiciaires adéquates pour éviter à l’État béninois des condamnations exorbitantes et inattendues. Le député redoute des procès que pourraient intenter des multinationales sollicitées dans le cadre de la concession de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey.

    LIRE AUSSI : Présidentielle 2021 au #Bénin. Patrice Talon répond à ses partisans sur un deuxième  mandat

    Le député de la huitième circonscription électorale parle d’éventuelles assignations du gouvernement béninois devant les juridictions du monde. Ces multinationales, explique Rachidi Gbadamassi, qui disposent d’énormes moyens pourront gagner les procès avec l’aide des meilleurs avocats du monde. L’observation du député est partagée par le gouvernement représenté à l’occasion par le ministre des transports Hervé Hêhomey et son homologue de la justice Séverin Quenum. C’est d’ailleurs lui qui rassure et fait savoir que le gouvernement entend mener le combat pour protéger son économie contre ces sociétés multinationales.

    https://youtu.be/LyYrtg89BDA

    “Je suis parfaitement de votre avis et j’épouse vos observations. Il y a ces sociétés ou multinationales qui ne travaillent et ne prospèrent que grâce aux procès qu’elles intentent aux États et gagnent à tour de bras pour mettre l’économie des États à genoux. Ce sont ces sociétés là que nous sommes en train de combattre. Et ce que nous faisons ici à travers l’examen de cette loi est l’un des moyens juridiques et légales pour nous permettre de les contrecarrer”, a martelé le Ministre de la justice Séverin Quenum. Il va sans dire que l’État béninois ne veut plus faire aucun cadeau aux multinationales. Le gouvernement qui, avant d’initier cette loi de dissolution de l’OCBN, a pris les précautions nécessaires, ne craint ni les procès ni les représailles. L’économie béninoise ne pourra pas être mise à genoux, a rassuré le ministre Séverin Quenum.

    Equipe Les Pharaons


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment