ALERTE :

    Exportation du Soja béninois vers la Chine Des documents d’exportation falsifiés, l’APIEx hausse la voix - Les Pharaons

    Screenshot_20200806-212845_1596746473841

    L’Agence de Promotion des Investissements et des Exportations ( APIEx) s’est engagée depuis le mercredi 5 août 2020 dans un exercice pédagogique avec les acteurs de la filière Soja au Bénin. A Cotonou, le Directeur général de l’APIEx Laurent Gangbes a pris langue avec les acteurs de la chaîne d’exportation du Soja béninois. Il s’agit d’un atelier de réappropriation des textes et procédures qui s’imposent aux entreprises exportatrices. Les assises se sont essentiellement focalisées sur les procédures d’exportation du Soja béninois vers le marché chinois.

    Selon le Directeur général de l’APIEx Laurent Gangbes, il était important de regrouper les exportateurs béninois de Soja et les acteurs de régulation à l’exportation pour remettre les pendules à l’heure. Il n’y aura plus d’exportation du Soja béninois vers la Chine sans le respect strict des clauses retenues par l’État béninois et l’État chinois dans le cadre d’un accord commercial signé l’année dernière, a dit Laurent Gangbes. Ces derniers mois, explique-t-il, les exportations du Soja béninois vers le marché chinois ne se sont pas très bien passées en raison de la méconnaissance des procédures d’exportation par les acteurs. Le Directeur général de l’APIEx fait savoir que certains acteurs de la chaîne d’exportation se livrent à une falsification des documents. Cet état de chose viole les clauses de l’accord commercial sino-béninois. Pour éviter que les portes du marché chinois ne soient fermées au Bénin, Laurent Gangbes hausse la voix. ” Pour continuer par exporter, il faut un respect strict des procédures”, laisse-t-il entendre.

    Présent à la séance, Sètondji Epiphane Hossou, directeur général de l’Agence Béninoise de la Sécurité Sanitaire des Aliments ( ABSSA) est revenu en trois points sur la procédure opposable aux entreprises exportatrices. ” Il faut d’abord être enregistré auprès de l’Agence Béninoise de Sécurité Sanitaire des Aliments en tant qu’exportateur de soja. Ensuite, il faut fournir à l’ABSSA son permis d’exportation de soja délivré par l’administration générale des douanes de la Chine. Enfin, envoyer une demande de certification à l’ABSSA pour qu’elle fasse les analyses et les inspections aux fins de délivrer les certificats”, a exposé Setondji Épiphane Hossou.
    La Chine importe chaque année, environ 85 millions de tonnes de soja. Au premier semestre 2020, le Bénin a exporté environ 35,2 tonnes de soja vers le marché chinois notamment la province au Jiangsu.
    En août 2019, un protocole d’accord a été signé entre la Direction en charge de la protection des végétaux du Bénin et l’administration générale des douanes de la Chine. Cet accord concerne des exigences phytosanitaires applicables au soja béninois et autres principes sanitaires de l’organisation mondiale du commerce.

    admindios


    2 comments

    • OGNIBO E. Auriol

      7 août 2020 at 14 h 02 min

      Vous mettez les producteurs à l’écart et vous discutez sur l’exportation. C’est bizarre. Vous deviez organiser des échanges franches avec les vrais acteurs sur l’organisation de la vente de leur produits, le pris de vente du produit, avant quelconque discussion entre vous. Ce n’est sérieux, vous rendez plus pauvre les agriculteurs.

      Reply

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment