Bénin/ Covid-19. Le gouvernement apporte une réponse au ” décrochage scolaire ” - Les Pharaons

salimane Karimou

Jérémie Danon


Restés loin des activités pédagogiques en raison du Coronavirus depuis quelques mois, les écoliers du CI au CM1 vont reprendre le chemin des classes. Le lundi 10 août prochain, ces apprenants du primaire reprendront contact avec les enseignants pour poursuivre et achever le programme scolaire afin de valider l’année.

A quelques heures de la réouverture effective des salles de classe, les acteurs de premier plan n’arrivent pas à accorder les violons. L’opportunité d’une reprise des cours dans un contexte de Covid-19 fait le lit à la critique mais aussi aux réponses du gouvernement béninois.

Bénin/Éducation : Covid-19, la CSA-Bénin désapprouve la reprise des cours du CI au CM1

Pour les autorités du Ministère des enseignements maternel et primaire ( Memp), la reprise des cours est un impératif et un devoir. Reçu ce samedi 8 août 2020 sur une chaîne de télévision locale à Cotonou, Akanda Olouwa Raliou Arinloye, le Directeur adjoint de cabinet du Memp, a justifié le choix du gouvernement. Selon les recoupements de terrain, explique-t-il, la suspension des cours dans les écoles a entraîné un ” décrochage scolaire”. Les données recueillies ces derniers mois sur la situation des écoliers ont révélé qu’ils étaient occupés à d’autres tâches autres que les études. Or, ces études auraient eu l’avantage de maintenir le niveau des écoliers. ” Les parents ont envoyé des enfants dans les centres d’apprentissage “, a dit le Directeur adjoint de cabinet du Memp. Le décrochage scolaire n’est plus loin, précise-t-il avant d’expliquer que la reprise effective des cours dans les écoles pour les écoliers du CI au CM1 permettra de freiner rapidement l’abandon des études chez les plus jeunes apprenants.

LIRE AUSSI : Présidentielle 2021: Moele-Bénin  choisit son candidat, Ayadji explique 

Depuis l’arrêt des cours, explique Akanda Olouwa Raliou Arinloye, les écoliers sont pour la plupart dans les rues, les marchés et s’amusent à longueur de journée. Les cinq (5) semaines au cours desquelles, ces écoliers retourneront à l’école pour valider l’année seront mises à profit pour une remise à niveau avant la rentrée prochaine. Il s’agirait aussi d’un ” confinement partiel” selon le Dac/ Memp qui explique qu’à l’école les enfants pourront mieux respecter les mesures barrières avec le dispositif des lave-mains.

LIRE AUSSI : Bénin/Éducation: Les dispositions spécifiques pour la reprise des cours du CI au CM1

Avant lui, c’est  le ministre des enseignements maternel et primaire Salimane Karimou qui était face aux acteurs de l’école cette semaine. Selon lui, les mesures sont prises pour assurer une bonne reprise des cours. Il s’agit entre autres: du système de lavage des mains qui sera renforcé, le port du cache-nez et la distanciation d’au moins un mètre qui doivent être respecté. Parlant du cache-nez, on retient qu’il n’est obligatoire que pour le personnel enseignant. En clair, les écoliers ne sont pas tenus de le porter. Toutefois, insiste le ministre, l’enseignant n’est pas obligé de mettre le cache-nez au moment où il dispense le cours parce qu’il doit être audible. Au-delà de l’observance de ces règles sanitaires, le gouvernement a aussi pris des mesures en ce qui concerne le contenu des cours pendant la période. A ce propos, le ministre informe qu’il est conçu et mis à la disposition de l’enseignant un document intitulé, “les savoirs essentiels” avec un agenda précis.

Ces annonces du ministre n’ont pas rassuré Anselme Amoussou, le Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin ( Csa-Bénin). Anselme Amoussou qualifie ” d’illogique ” la décision de reprise des cours. Pour lui, le gouvernement qui a annulé la célébration pompeuse de la fête d’indépendance, les festivités de la tabaski et ordonné les cours à distance dans les universités ne peut pas décider d’ouvrir les salles de classe. Anselme Amoussou renseigne que les écoliers ont déjà fait au moins deux trimestres sur trois et effectué au moins deux évaluations sur trois. Dans la situation exceptionnelle de la pandémie, le syndicaliste pense que le gouvernement devrait se baser sur ces données pour valider l’année scolaire afin d’éviter aux écoliers la prise de risques inutiles. Mais le gouvernement signe et rassure que les écoles ne seront pas des lieux de propagation du virus avec les dispositions anti-Covid-19 prises.

 

Equipe Les Pharaons



Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment