ALERTE :

    Bénin. L’argent octroyé aux partis politiques suscite des envies chez les OSC - Les Pharaons

    ATAYI GUEDEGBE

    Josiane Bonou


    Les organisations de la société civile béninoise réagissent après les fonds alloués par l’État aux partis politiques. La première réaction publique est celle de Joël Atayi- Guèdègbé, expert en gouvernance et Président de l’ONG Nouvelle Éthique. Dans une interview accordée à un média local en ligne, cette figure de proue dont la voix est prépondérante dans le milieu citoyen a plaidé pour un financement public plus inclusif. Selon Joël Atayi- Guèdègbé, l’État doit aussi penser à un appui financier au profit des autres secteurs qui participent activement à l’animation de la vie publique au Bénin.

    1,5 milliards de francs CFA de l’État à distribuer aux partis politiques sur les deux derniers trimestres 2020 et un montant référentiel de 3 milliards de francs CFA. C’est ce qui ressort du décret d’application de la loi sur le financement des partis politiques signé le 22 juillet 2020 par le Chef de l’État et publié il y a quelques jours. Pour Joël Atayi- Guèdègbé, le financement public ne saurait être circonscrit dans le seul périmètre de la politique. L’acteur de la société civile fait savoir qu’au-delà des partis politiques, plusieurs corps constitués animent la vie publique au Bénin. Joël Atayi- Guèdègbé renseigne que les syndicats et les médias ont toujours bénéficié d’un accompagnement de l’État. Mais, se désole-t-il, la société civile est toujours dans l’expectative. Elle attend toujours, précise l’expert en gouvernance, un appui conséquent de l’État pour sa contribution à l’animation de la vie publique.

    ” Au-delà de la politique, beaucoup d’autres entités, beaucoup de secteurs de notre vie méritent le soutien.”, a martelé Joël Atayi- Guèdègbé. L’acteur de la société civile ” pense à ces centres de santé, ces structures sanitaires, voire ces écoles qui contribuent énormément au bien-être socio-éducatif ” du Bénin. Ces différentes structures, ne sont pas toujours reconnues à leur juste valeur, a laissé entendre Joël Atayi- Guèdègbé. L’expert en gouvernance va au-delà de son constat amer et fait des propositions à l’État pour un financement public inclusif de la vie publique. L’Etat devra, fait-il savoir, investir dans le social ; penser à un système d’exonérations fiscales ; des subventions au monde paysan, etc. L’acteur de la société civile insiste sur le fait qu’il faut accroître l’investissement dans la production afin de créer la richesse pour ensuite procéder à une redistribution équitable et inclusive. Après la loi sur le financement des partis politiques et le décret d’application qui consacre le décaissement des fonds, le gouvernement doit désormais s’engager dans le financement des systèmes sociaux avec un appui subséquent aux organisations de la société civile, a conclu Joël Atayi- Guèdègbé.

    Equipe Les Pharaons


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment