ALERTE :

    #Bénin.Altercation entre Boni Yayi et un policer au marché Dantokpa, la part de vérité de Candide Azannai - Les Pharaons

    YAYI BOXE

    Jacob Boton


    Au cours d’une rencontre tenue cette semaine, l’ancien Ministre Candide Azannai  a réglé ses comptes avec le parti FCBE et Boni Yayi.  Face aux jeunes, il est revenu sur la collaboration entre la Résistance et les autres partis à savoir les FCBE et USL. L’ancien Ministre de la Défense n’a pas été tendre envers ses anciens alliés.

    Il s’agissait pour le Président du Parti Restaurer l’Espoir d’une séance de vérité.   A l’en croire, certains leaders, membres de la Résistance  ont commis l’erreur de privilégier leurs égos.

    « Les FCBE ont voulu avaler toutes les autres forces de la résistance. »

    C’était une grave erreur selon lui, car la Résistance ne devait  pas être considérée comme un parti  politique. Ce mouvement politique à l’époque devait être perçu  comme  « l’instant précis ou on fortifie les plus faibles ». La philosophie qui guidait le creuset selon Candide Azannai, consistait à  donner la main aux plus faibles en les soutenant, et  non en  les absorbant  et en les humiliant. « Yayi Boni et les FCBE ont voulu absorber tout le monde. …Usl a refusé et  réuni ses militants à Vidolé. A ce moment la Résistance était divisée » a expliqué Azannai, qui a rappelé que les responsables du Parti  Communiste du Bénin, voulaient que chaque leader abandonne son parti au profit de la Résistance. L’idée selon lui, était de créer un parti ad’hoc.

    La Résistance a été un grand « bordel », a semblé s’indigner le président du Parti Restaurer l’Espoir. Candide Azannai regrette enfin la scène qui s’est passée entre le Président Boni Yayi et les policiers au marché Dantokpa.

    « Boni Yayi et Nicéphore Soglo se sont retrouvés au marché Dantokpa . Personne n’était informé »

    a souligné Candide Azannai. Pour lui l’acte de Boni Yayi est déplorable. « Après 10 ans de pouvoir l’ancien Président ne peut pas aller fermer les poings sur un policier à Dantokpa. Boni Yayi  n’est pas n’importe qui. On doit le protéger » a critiqué vertement Candide Azannai.  Candide Azannai a condamné l’attitude des hommes politiques qui ont conduit Boni Yayi a commettre cette erreur. Il précise que cette situation a été difficilement gérable, parce que l’ancien Président a du replier et se réfugiant dans la voiture du couple Soglo abandonnant son propre véhicule sur les lieux de l’incident.

     

    Equipe Les Pharaons


    7 comments

    • Sam

      20 septembre 2020 at 20 h 48 min

      Toutes ces declarations de Candide montrent qu’en réalité ceux qui se disent opposants ne partagent pas la même idée. Et ceci me paraît évident. Entre celui qui a vu le lion et celui qui a entendu que les autres courent après avoir appris la sortie du lion, la vitesse de leur course ne peut jamais être comparable.
      Candide ne peut s’opposer véritablement à Talon dont la préparation et la victoire à l’élection ne sont pas faites sans sa contributions. Il est alors dans son rôle. Le seul qui empêche l’opposition de jouer véritablement son rôle, c’est Candide.

      Reply

    • Agbo

      20 septembre 2020 at 22 h 31 min

      Vous avez raison. Un entrepreneur politique a toujours des difficultés à être vraiment un opposant.

      Reply

    • Abdoul-azize GUINGUIRE

      20 septembre 2020 at 23 h 11 min

      Ah, voilà enfin qui est clair !
      Alors, pourquoi on avait voulu faire porter le chapeau à certains leaders politiques ?
      Les propos de candide montrent à suffisance que les autres avaient vu juste en quittant cette résistance. Il vient ainsi de confirmer que ceux qui ont été traités de tous les noms, voyaient déjà très loin et ils savaient que la résistance ne nous conduirait nulle part.

      C’est pourquoi on dit souvent que tôt ou tard, la vérité va surgir et le mensonge va disparaitre.

      Voilà qui vient fait apparaitre la vérité qui était camouflée.

      Reply

    • Golden

      21 septembre 2020 at 9 h 32 min

      Je crois que revenir sur ça aujourd’hui est inutile et surtout dégradant. S’ils sont pas capable de travailler ensemble ils n’ont qu’à continuer séparément. Mais à quoi ça sert de revenir sur ça aujourd’hui ?
      Où bien ils veulent reprendre encore?
      C’est juste une question…

      Reply

    • Gagliano

      21 septembre 2020 at 23 h 06 min

      Seul Dieu a le dernier mot.
      On attend et on observera la fin…

      Reply

    • JamesMoF

      31 octobre 2020 at 10 h 35 min

      warnings for cialis buy cialis generic cialis bitcoin

      Reply

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment