ALERTE :

    #Bénin/ Politique. Azannaï dérange, Soglo arbitre. L’opposition dans un piège sans fin. - Les Pharaons

    nicephore-soglo-3

    Josiane Bonou


    Au Bénin, l’opposition au régime de la Rupture est prise au piège d’une division qui agace même ses partisans. Face à une mouvance présidentielle très organisée et disciplinée, (excepté les rugissements du Prd), l’opposition presque sclérosée peine à retrouver la voie de l’unité. Cette semaine, tel un scénario Hollywoodien, des épisodes d’une crise interne à l’opposition ont été mis au goût du jour. Le feuilleton ” piteux ” et ” indigne ” selon les termes de l’ex- Chef d’État Béninois Nicéphore Soglo, met en vedette des membres de La Résistance. Le noyau dur de cette organisation ” La Résistance ” livre une guerre de co-épouse au nouveau parti politique d’opposition en création “Les Démocrates “. Dans le rôle des principaux acteurs de ce feuilleton qui suscite railleries, moqueries et indignations, on retrouve Candide Azannaï et Léon Basile Ahossi. Le premier acteur est le Président du parti Restaurer l’espoir. Resté pratiquement seul dans ” La Résistance originelle”, il est d’ailleurs accusé par ses compagnons d’être le pyromane au sein de l’opposition. Le second acteur est un ancien député et deuxième vice-président du parti Les Démocrates.

    Fidèle à sa verve très tranchée et amère, Candide Azannaï ne s’est pas embarrassé de mots pour accuser l’ex-député Léon Basile Ahossi d’avoir financé certains partis de la mouvance tout en remettant en cause son intégrité politique au sein de l’opposition. Candide Azannaï fait aussi une extension et envoie des pics à l’ex-président Boni Yayi pour ses agissements dans le cadre des élections législatives d’avril 2019 et dans le cadre des communales de mai 2020 avant sa démission du parti Fcbe. Le Président du parti RE prédit aussi un mauvais sort pour le récépissé du parti “Les Démocrates”.

    LIRE AUSSI : #Bénin/Décentralisation Deux cadres de la mairie de Cotonou rattrapés par leurs faux diplômes

    Ces propos n’ont pas laissé indifférent le deuxième vice-président du parti “Les Démocrates”. Léon Basile Ahossi a répondu expressément à Candide Azannaï à travers un texte publié sur les réseaux sociaux. L’ex-député réaffirme sa fidélité politique, parle de sa cohérence politique et relève qu’il y a certains Chefs de partis politiques qui ont toujours fui le combat électoral en se faisant coopter par d’autres formations politiques pour pouvoir gagner. Sans le nommer, Léon Basile Ahossi fait allusion à Candide Azannaï. Ce dernier a menacé aussitôt estimant qu’il opposerait aux insultes des injures. Les stigmates d’une opposition fragilisée et désaxée ont ainsi quitté la cuisine interne pour la rue. Dans la foulée et pour arrêter la saignée, une troisième voix s’est invitée sur le ring politique sur lequel Candide Azannaï, Léon Basile Ahossi et son parti “Les Démocrates” se donnent des coups. L’ex-Chef d’État Béninois Nicéphore Soglo, prend désormais le lead de l’arbitrage. Ses mots renseignent sur son état de choc.

    LIRE AUSSI : 3ème #Benin Investment Forum : Miser sur le Bénin pour conquérir l’Afrique de l’Ouest

    ” Il m’a été donné de constater depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux, une polémique entre responsables influents de la Résistance au régime du Président Patrice TALON. Ce spectacle est indigne du sacrifice que consent notre peuple (…).”, a fait savoir Nicephore Soglo. L’ancien Président de la République (1991-1996), très déçu, dit qu’il n’a rien à enseigner ” à des responsables du niveau de ceux qui s’adonnent piteusement à ces agissements”. Ces critiques publiques entre acteurs d’un même bord dérange l’ex-chef d’État béninois. ” Au nom de tous ces compatriotes solidaires de notre combat, nous nous devons de taire les contradictions vaines et secondaires, ou à défaut, de leur trouver des tribunes internes pour leur règlement et leur expression”.

    LIRE AUSSI : #Bénin/Santé Des praticiens hospitaliers bientôt radiés de la Fonction publique

    L’opposition béninoise reste ainsi liée aux vieilles pratiques. Elle dort et peine à se réveiller dans le nouveau monde vertueux de la politique. Ce monde né de la réforme du système partisan. À 7 mois de l’élection présidentielle, aucune alternative crédible n’est défendue et assumée chez les opposants au régime Talon. On peine à décliner l’offre politique qui est la leur. Tout le discours de l’opposition semble se résumer à ” ôtes-toi de là que je m’y mette”. Les citoyens peinent à identifier la plu value qu’apporterait cette opposition. Mais alors que le temps devrait être à la réflexion pour élaborer une offre politique susceptible de conduire le Bénin vers le développement, certains personnages de l’opposition trouvent du plaisir à amuser la galerie avec des contradictions secondaires.

    LIRE AUSSI : #Bénin/Santé Des praticiens hospitaliers bientôt radiés de la Fonction publique

    Au fond, cette guerre de personnes qui ronge les liens entre ces acteurs censés s’unir jette des doutes sur les raisons réelles pour lesquelles l’opposition s’acharnent contre le régime de la rupture qui met en œuvre son Programme d’actions depuis près de 5 ans. Le malaise est profond. Les rapports sociaux sont totalement pourris entre ces acteurs de l’opposition. Malgré son arbitrage, l’ex-chef d’État béninois Nicéphore Soglo devrait donc se préparer à gérer d’autres conflits fratricides et des actes de traîtrises dans le contexte électoral actuel. L’opposition béninoise tresse ainsi une couronne d’épines à la démocratie qu’elle est censée servir.

    Equipe Les Pharaons


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment