ALERTE :

    Bénin/Présidentielle 2021: Débattre avec Talon, l’obsession des opposants face au silence déroutant du pouvoir - Les Pharaons

    Boni Richard 2

    Ce mois de septembre 2020 se referme avec un défi répétitif lancé par deux citoyens béninois au Président de la République, Patrice Talon. Il s’agit pour ces citoyens d’avoir le privilège de débattre avec le Chef de l’État sur l’état de la nation avec une diversité d’idées parfois en harmonie ou pour le clair du temps en opposition. Le professeur Joël Aivo qui a été le premier à solliciter l’accord de Patrice Talon dans cet exercice est aussi vu par beaucoup comme un potentiel candidat à l’élection présidentielle de l’année prochaine. Très critique à l’égard du pouvoir Talon, Joël Aivo a été rejoint cette semaine par Richard Boni Ouorou, un béninois de la diaspora vivant au Canada. Consultant- Politologue, Richard Boni Ouorou n’a pas caché ses intentions de se porter candidat si le principe du parrainage ne lui était pas opposable. Ainsi, la démarche solitaire du professeur Joël Aivo qui souhaite débattre avec le Président Patrice Talon suscite des envies chez certains de ses concitoyens.

    Le hic de la démarche, selon les partisans du régime de la Rupture, réside dans le statut des demandeurs du débat contradictoire. Les affidés du pouvoir qui parlent d’épiphénomène à vite oublier s’interrogent aussi sur la forme que prendrait un tel débat contradictoire s’il devrait avoir lieu. Aussi, quelle en sera la teneur, quels seront les buts visés, à quelle occasion ce débat aura-t-il lieu et quelle sera sa plus-value pour le Bénin ? Autant de questions que soulèvent certains observateurs.

    Dans le fond, les demandeurs du débat contradictoire qui ne sont dépositaires d’aucune charge publique mais qui sont juste en quête du fauteuil présidentiel seraient à la recherche du buzz. Une façon pour eux, d’être sous le feux de la rampe en cette veille de l’élection présidentielle où il faut avoir l’imagination féconde pour occuper l’espace médiatique, être en première loge dans l’opinion publique et s’offrir l’estime des citoyens électeurs. Sur ce registre, les demandeurs du débat contradictoire déroulent un plan politique et communicationnel bien aiguisé mais connu des radars du pouvoir Talon.

    Alors que cette demande de débat contradictoire avec le Président de la République divise la société béninoise, le gouvernement observe un silence. Alain Orounla, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, pourtant habitué à réagir sur certaines questions brûlantes de l’actualité n’a laissé aucun mot sur ce débat contradictoire appelé de tous les vœux par certains opposants. Les demandeurs qui sillonnent le pays et qui publient quasi quotidiennement des articles sur la gouvernance actuelle, réitèrent leurs souhaits. Mais en dépit de l’insistance des acteurs de ce qu’il convient d’appeler ” La saison du débat contradictoire “, les portes voix du pouvoir Talon ne réagissent pas. Mis à part quelques partisans qui mettent en avant la sacralité de la fonction présidentielle pour délégitimer l’initiative du professeur Joël Aivo suivi de Richard Boni Ouorou, aucun officiel béninois n’a daigné répondre publiquement. Le silence du pouvoir Talon sonne comme une autre stratégie de l’évitement. Très averti, le pouvoir sait lire dans le jeu de l’adversaire. Il ne veut pas prêter flanc à ce jeu au risque de remettre dans les mains de ” l’ennemi politique ” l’arme du piège fatale. Le silence déroute et déjoue les prévisions des demandeurs. L’effet d’entraînement n’est peut-être pas au rendez-vous. Comme en 2016, le contradictoire de l’entre deux tours de l’élection présidentielle de 2021 pourrait avoir lieu dans un cadre formel. Si le Patrice Talon se présente au scrutin et passe le premier tour, son challenger pourrait en ce moment là prendre part au débat contradictoire. D’ailleurs, le silence observé par le pouvoir réduit la démarche des demandeurs du débat contradictoire à sa valeur la plus infirme. Il peut aussi se comprendre comme une stratégie de préparation pour le choc des idées pendant la période électorale ou de l’entre deux tours. Quoiqu’il en soit, le gouvernement reste muet devant l’expansion de cette ” saison du débat contradictoire “. Un peu comme pour dire, que jusqu’à la fin du mandat, le Président de la République ne veut tomber dans aucun piège de distraction et qu’il rendra compte de sa gestion au peuple qui lui avait fait confiance à plus de 65% des voix.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment