ALERTE :

    Présidentielle 2021/ Parrainage: Les Pro-Talon relèvent un ” péché ” dans la démarche des OSC - Les Pharaons

    Gnahoui--660x400@2x

    Les organisations de la société civile béninoises ont ” péché ” dans la démarche adoptée pour exiger la suppression du parrainage avant l’organisation de l’élection présidentielle de 2021. Le plaidoyer adressé uniquement au Président de la République est réducteur et enferme le débat dans un cercle inapproprié. Cet avis est celui partagé par certains leaders actifs de la mouvance et autres partisans du régime de la Rupture. La semaine écoulée, alors que les Organisations de la société civile ne descendent pas la fièvre de l’exigence et ceci en indexant directement le Chef de l’État, Patrice Talon, comme étant le seul interlocuteur valable, l’ex ministre Abraham Zinzindohoué et le professeur Roch Gnahoui David, tous deux membres du bureau politique du parti UP ont réagi. Via des canaux différents (les médias) mais sur le même sujet, ces deux leaders de la mouvance qui apparaissent comme des portes voix de leurs pairs ont relevé un péché commis par les organisations de la société civile.

    Début septembre 2020, une dizaine d’Organisations de la société civile a lancé le mouvement ” Laissez-moi choisir (LMC/2021)”. Les membres de cette plateforme citoyenne militent pour une suppression du parrainage qui constitue à leurs yeux, un obstacle à l’organisation d’une élection libre, inclusive et transparente dans un climat de paix. Le document de position signé par ces Organisations de la société civile comporte des recommandations essentiellement adressées au Chef de l’État, Patrice Talon. Mi septembre 2020, réagissant à la démarche des OSC, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Alain Orounla, a fait savoir que le parrainage n’est pas un élément d’exclusion mais plutôt un “filtre démocratique ” pour éviter les candidatures fantaisistes. Le gouvernement n’entend pas donner suite à la demande de suppression du parrainage telle que formulée par les OSC. Dans la foulée, Ralmeg Gandaho, membre de la plateforme citoyenne LMC/2021 avait reprécisé que les OSC s’adressent au Président de la République. ” Il faut faire la démarcation entre le chef de l’État et le gouvernement. Vu la sensibilité de la question, le plaidoyer ( sur la suppression du parrainage, ndlr) s’adresse strictement au chef de l’État “, avait-il expliqué.

    Au sein de la mouvance et notamment les partis politiques qui ont des élus en capacité de parrainer les candidats, ce discours des Organisations de la société civile passe très mal. Le fait de désigner le Président de la République, Patrice Talon comme étant le seul interlocuteur valable pour aider à la suppression du parrainage est une ” tromperie”. Selon le professeur Roch Gnahoui David, membre du bureau politique du parti UP, la société civile s’est trompée dans sa démarche en indexant le Président de la République. Le professeur de droit ne comprend pas le choix porté sur le Président de la République pour obtenir la suppression d’une disposition légale alors même que le Bénin est basé sur un principe de séparation des pouvoirs. Roch Gnahoui David réoriente les Organisations de la société civile vers les “faiseurs de lois”. ” Ce que la société civile doit peut-être faire, c’est de passer par un système de lobbying ou passer par un système qui pourrait aller vers les députés ( pour exprimer leurs craintes et proposer une relecture de la loi sur le parrainage, Ndlr). Ce n’est pas le Président, ce n’est pas le gouvernement qui doit-être indexé. On se trompe peut-être de personne “, a clarifié Roch Gnahoui David. De son côté, l’ex-ministre Abraham Zinzindohoué doute de la légitimité de l’exigence des Organisations de la société civile. ” Est-ce qu’elles [OSC] sont dans leurs rôles [en demandant une suppression du parrainage]?”, s’est interrogé Abraham Zinzindohoué sur une chaîne de radio privée. L’acteur politique du parti Union Progressiste justifie son interrogation par la nature du plaidoyer et la personne ( Patrice Talon) à qui il est adressé. La démarche des Organisations de la société civile serait ainsi handicapée par le choix du destinataire du plaidoyer. En refusant d’échanger avec les députés et en s’adressant ” strictement ” au Président de la République, les Organisations de la société civile ont créé des frustrés dans le rang des partisans du régime. Les deux camps ( mouvance et OSC) n’arrivent toujours pas encore à engager le dialogue autour du maintien ou non du parrainage.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment