ALERTE :

    Financement public des partis politiques au #Bénin. Amertume, frustration et plaidoyer à la CENA - Les Pharaons

    cena 5

    Au Bénin, la loi n°2019-44 du 15 novembre 2019 portant financement public des partis politiques au Bénin divise les acteurs politiques. Le décret d’application de la loi n°2019-44 signé par le Chef de l’État, le 22 juillet 2020, fâche encore plus certains leaders des formations politiques régulièrement enregistrées au Bénin. Ce mardi 29 septembre 2020, la Commission Électorale Nationale Autonome ( CENA) a tenu avec les partis politiques, une séance d’explication sur la clé de répartition des fonds (1,5 milliards de FCFA) couvrant les deux derniers trimestres 2020.

    En marge de cette séance, certains leaders des partis politiques conviés n’ont pu contenir leurs émotions. La clé de répartition des fonds alloués a laissé sur le quai certaines formations politiques. Venu à la CENA avec un maigre espoir, Maître Cyrille Djikui du parti Union Démocratique pour un Bénin Nouveau ( UDBN), a fait savoir qu’il repartait avec un sentiment ” d’amertume “. Selon lui, la clé de répartition des fonds n’a pas pris en compte les recommandations faites au cours du dialogue politique tenu au mois d’octobre 2019. “On a voulu d’une période transitoire pendant laquelle tous les partis régulièrement constitués peuvent avoir droit au financement avant l’application rigoureuse de la loi (…).”, a rappelé Cyrille Djikui. Mais, poursuit-il, ” malheureusement la loi n’est pas allée dans ce sens; force restera à la loi ; c’est ceux qui ont pu avoir des députés et des maires qui bénéficieront du financement politique, donc l’UDBN (…) est exclu “.

    LIRE AUSSI : Bénin/Politique: Houngbédji traité de ” pire ennemi infiltré ” à la mouvance présidentielle

    Sabi Sira Korogoné, le Président du parti Mouvement Populaire de Libération (MPL) a aussi réagi. A l’en croire, les modalités de répartition des 1,5 milliards concernent beaucoup plus les élus que les partis politiques. “Il ne s’agit pas d’un financement pour les partis politiques mais un financement pour les élus.”, a fait savoir Sabi Sira Korogoné qui ne cache pas sa frustration. Le MPL n’a participé ni aux dernières législatives ni aux communales. Avec zéro élu, le MPL n’est donc pas éligible au financement public. ” Pour nous, c’est la confirmation que les frustrations sont entrain de s’accumuler et ce n’est pas du tout bien pour le climat dans notre pays.”, a-t-il dit. N’ayant pas d’élus et exclu de la répartition des fonds, le Parti Force Cauris pour le Développement du Bénin ( FCDB) va au-delà du ressenti et fait un plaidoyer.

    LIRE AUSSI : Démocratie locale, pouvoir des partis politiques et des maires. Le décryptage de Franck Kinninvo

    Selon le Président du parti FCDB, Soumanou Tolèba, le financement public représente une ” manne qui permet aux partis politiques de travailler”. Les années à venir, dira-t-il, il faudra créer les conditions favorables pour que beaucoup de partis politiques participent aux élections pour avoir des élus et être éligibles au financement public.

    Pour l’heure, seuls les partis politiques Union Progressiste ( UP), Bloc Républicain ( BR) et Force Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) sont éligibles au financement public. Au Bénin, les partis politiques qui peuvent bénéficier du financement public sont, selon l’article 6 de la loi 2019-44, les partis qui remplissent les conditions ci-après : avoir un siège national et des bureaux départementaux tous installés dans des locaux exclusivement réservés aux activités du partis et distincts d’un domicile ou d’un bureau privé, justifier la tenue régulière des instances statutaire du parti, justifier les ressources et leur utilisation.

    LIRE AUSSI : #Bénin/ Politique. Azannaï dérange,  Soglo arbitre. L’opposition dans un piège sans fin.

    Le montant total annuel du financement public alloué aux partis politiques est fixé par la loi de finances (Article 7) et c’est la Céna qui a la charge de sa répartition (Article 8). En outre, il est précisé dans le texte que ce montant total annuel est réparti entre les partis en fonction du nombre de leurs députés et de leurs élus communaux à raison de 60% au prorata des élus communaux et 40% au prorata des députés (Article 9). La répartition tient compte du nombre de députés et d’élus communaux issus des résultats des dernières élections législatives et communales (Article 10).

    Equipe Les Pharaons


    One comment

    • Stephenbriem

      29 octobre 2020 at 3 h 34 min

      is viagra over the counter buy viagra online buying viagra online

      Reply

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment