ALERTE :

    Présidentielle 2021 au #Bénin et Parrainage. Bientôt des recours à la Cour Constitutionnelle - Les Pharaons

    DJOGBENOU 1

    Jérémie Dannon


     

    Les 7 sages de la Cour Constitutionnelle du Bénin pourraient être saisis très prochainement dans le différend qui oppose certains partis politiques à la Commission Électorale Nationale Autonome ( CENA). En effet, depuis le mardi 29 septembre 2020, le modèle pratique du parrainage adopté par les commissaires de l’institution en charge de l’organisation de l’élection présidentielle de 2021 passe mal aux yeux de certains partis politiques. C’est le cas par exemple du parti Bloc Républicain ( BR), représenté pour la circonstance par le député Abdoulaye Gounou. Le député BR n’a pas hésité à relever les insuffisances du modèle adopté par la CENA. Face à une lecture discordante, la CENA a renvoyé les partis politiques devant la Cour Constitutionnelle

    LIRE AUSSI : Financement public des partis politiques au #Bénin. Amertume, frustration et plaidoyer à la CENA

    En exposant aux formations politiques les modalités pratiques du parrainage, le Commissaire Abou Adam Soulé a fait savoir que ” le parrainage est un acte républicain qui n’est pas un soutien politique”. La CENA a donc décidé que le parrainage des candidats à l’élection présidentielle se fera de façon individuelle à travers un formulaire nominatif. La CENA s’engage à distribuer lesdits formulaires aux 83 députés et aux 77 maires habilités par la loi à parrainer les candidats. Aussi, pour protéger les élus parrains contre les pressions qui peuvent être exercées sur eux, la CENA a-t-il opté pour l’anonymat des parrainages. Nul ne devrait donc connaître, en dehors des commissaires de la CENA, le nom d’un élu qui a parrainé tel ou tel autre candidat. En clair, ce mécanisme pratique du parrainage donne une primauté aux élus et accorde moins de place aux partis politiques.

    LIRE AUSSI : Bénin/Présidentielle 2021: Débattre avec Talon, l’obsession des opposants face au silence déroutant du pouvoir

    48h après la séance avec la Commission Électorale Nationale Autonome, les avis qui ressortent du milieu politique ne sont pas unanimes. Alors que le parti Force Cauris pour un Bénin Émergent ( FCBE) acclame, les deux partis politiques ( UP et BR) de la mouvance sont assez réservés. Le parti d’opposition FCBE n’a que 6 maires et était en quête de 10 autres élus parrains. Pour les leaders de ce parti d’opposition, le mécanisme pratique de la CENA est une clé d’ouverture qui leur permettra de vite obtenir les parrainages. Mais dans le rang des parti UP et BR, le mécanisme pratique du parrainage adopté par la CENA est en porte-à-faux avec la réforme du système partisan qui vise à donner plus de pouvoir aux partis politiques et non aux élus. Pour le député Abdoulaye Gounou, ce modèle pratique qui ouvre la voie à un ” marché de parrainage et de corruption ” sera aussi à la base d’un conflit entre les partis politiques et les élus. A l’en croire, les formulaires nominatifs dont parle la CENA devraient être adressés aux partis politiques et non aux élus. Les deux partis politiques de la mouvance, seuls en capacité de parrainer leurs candidats, sans outre forme de négociations, s’alignent ainsi sur une voie critique. La crainte de revivre l’épisode de ” la rébellion ” de leurs élus, comme ce fut le cas après les communales du 17 mai, est là. Les deux partis politiques de la mouvance veulent maintenir l’ordre et la discipline internes sans prendre le risque de faire confiance aux élus parrains.

    LIRE AUSSI : Présidentielle 2021/ Parrainage: Les Pro-Talon relèvent un ” péché ” dans la démarche des OSC

    Le différend est là. La Commission Électorale Nationale Autonome ( CENA) a déjà acté son modèle pratique du parrainage. Celui-ci n’est pas du goût de tous les partis politiques. En l’absence d’un point d’accord ce mardi 29 septembre 2020, le Président de la CENA, Emmanuel Tiando, a indiqué aux partis politiques, la voie de la Cour Constitutionnelle pour des recours en interprétation de la loi sur le parrainage ainsi que sur son application. Le Président de la Cour Constitutionnelle, Joseph Djogbénou et ses pairs devront donc s’attendre à recevoir des recours très prochainement afin d’arbitrer ce différend qui oppose la CENA et certains partis politiques sur le mécanisme pratique du parrainage. Cela ne sera d’ailleurs pas une surprise. Dans le cas des législatives d’avril 2019, plusieurs recours avaient été déposés devant le juge constitutionnel dans des dossiers qui opposaient la CENA et les partis en lice.

    Equipe Les Pharaons


    36 comments

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment