ALERTE :

    Bénin/ Éducation Le culte “Zangbétõ” banalisé dans la fronde contre les 30h de cours/ Aspirant - Les Pharaons

    Screenshot_20201014-132156_1602678141669

    Symbole du riche patrimoine culturel et cultuel du Bénin, le culte du ” Zangbéto” ( gardiens de la nuit) tombe peu à peu dans une banalisation aiguë. Certains corps de métiers n’hésitent plus à y recourir pour exprimer leur mécontentement. Ce mardi 13 octobre 2020, les gardiens de la nuit appelés ” Zangbétõ” se sont invités dans la danse de la lutte que mènent les enseignants aspirants contre la réforme des 30 heures de cours décidée par le gouvernement. Selon les informations concordantes rapportées par des médias locaux, dans la matinée de ce mardi 13 octobre, le bureau du censeur du Ceg1 Ekpè a été bloqué d’accès par un symbole du fétiche Zangbétõ. Ce responsable de ce collège d’enseignement général situé dans la commune de Sèmè-Podji a été ainsi empêché d’avoir accès à son bureau. Sur la porte d’un cadenas, il a été constaté un mélange de farine et d’huile accompagné d’un message hostile à la réforme des 30heures de cours. ” Non aux trente heures. Non à la liste publiée, (…)”, lit-on sur l’affiche qui se retrouve au milieu d’un mélange de farine et d’huile. Selon, une source contactée par un média local en ligne, le symbole du fétiche Zangbétõ utilisé pour bloquer les portes du bureau du censeur et de son adjoint est l’œuvre des enseignants aspirants. Il s’agit pour ces derniers, de protester contre la réforme des 30h de cours; laquelle réforme oppose depuis la rentrée scolaire, le ministère de l’enseignement secondaire et les enseignants aspirants. Le jeudi 8 octobre dernier, les Centrales et Confédérations syndicales ont eu une séance d’échanges avec le Président de la République, Patrice Talon. Sur la réforme des 30 heures de cours par enseignant Aspirant, le Chef de l’État s’était montré conciliant. Une révision du quota horaire est actuellement au menu des séances de travail entre les secrétaires généraux des Centrales et Confédérations syndicales et les ministères sectoriels. Impatients, les enseignants aspirants restent remonter. La révision du quota horaire n’est pas encore effective et les aspirants dénoncent une ” disproportionnalité et une discrimination dans la répartition des quotas horaires au Ceg1 Ekpè. C’est pour protester contre tout ceci que les enseignants aspirants ont recouru au symbole du fétiche Zangbétõ. Sollicités par l’administration du collège, les adeptes du culte Zangbétõ sont venus dégager les symboles pour faciliter la reprise des cours dans ce collège d’enseignement général. L’acte peut paraître un fait divers mais au fond, il renseigne sur une banalisation profonde du culte Zangbétõ qui reste un élément sacré dans le patrimoine culturel et cultuel béninois.

    admindios


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment