ALERTE :

    Présidentielle 2021 au Bénin.L’Exclusion a commencé sous Boni Yayi avec la LEPI selon Richard Boni - Les Pharaons

    RICHARD BONI 1

    C’est à travers un message publié sur les réseaux sociaux que le Politologue Richard Boni a fait le point de sa participation à la causerie médiatique Café Média plus. Il est revenu sur le contenu de son ouvrage publié aux Editions L’Harmattan et aborde la question de l’exclusion au Bénin. Selon le politologue, c’est Boni Yayi qui a  pratiqué l’exclusion en politique ces dernières années avec la mise en œuvre de la Lépi à pas forcés.

     

    Lire l’Intégralité de son message

    Salut terrien.ne.s,

    Dans l’espoir que vous allez bien, j’ai participé ce jour à une causerie médiatique organisée par un collège de journaliste sous la dénomination : Café média plus, concernant mon livre PROJET POUR UN BÉNIN DEMOCRATIQUE, ensuite j’ai répondu à des questions que je qualifierai d’actualité et plus encore.

    En effet, je leur ai expliqué, pour commencer mon propos, que mon livre n’était pas une litanie de critiques, ni empreint de parsisme en ce qui concerne mon pays et l’Afrique.

    Mais que je suis très optimiste, et ce, très réalistement, parce qu’en réalité, il y a beaucoup de combats qui se mènent sur le continent africain, passant de la lutte pour une sociale démocratie, la relocalisation, l’autonomie des États, une fiscalité exemplaire et équitable, une justice distributive, l’économie solidaire, le commerce, les énergies propres, les technologies saines, la science, l’éducation et mieux encore…

    Au Bénin chez nous, la lutte oppose le camp dit de la démocratie pluraliste et celui de la réforme institutionnelle et économique, dans une vision démocratique assez confuse dans les deux camps.

    Mon livre, sans faire la critique d’un régime en particulier, pose l’état des lieux de la démocratie Africaine et béninoise, puis propose des pistes de solution pour sa consolidation.

    En l’occurrence, mon livre aborde trois pistes essentielles :

    1- La démocratie, si pour plusieurs, cette notion revient beaucoup trop souvent dans le vocabulaire politique ces dernières années, c’est parce que ces frontières sont restées floues au point ou il est assez aisé aujourd’hui de se poser la question à savoir si nous étions en démocratie. A la question, la réponse est bien évidemment NON.

    Les béninois n’ont jamais connu une pleine démocratie, nous avons connu de 1990 a ce jour, un système hybride entre autoritarisme et démocratie électorale. Le seul fait d’organiser des élections, n’étant pas constitutif à lui seul, d’une vie démocratique prospère. Le -pragmatisme- et l’universalité des institutions ainsi que des instruments qui les orientent, sont la base.

    Or dans ce même Bénin, si l’exclusion est devenue le terme a la mode pour la classe politique depuis 2019, elle (exclusion) existe depuis fort longtemps et pour rester très près, je voudrais rappeler, que c’est sous Yayi Boni qu’a commencé, les contrats avec les organes de presses indépendantes. Cette action qui paraît anodine en apparence, porte en elle une volonté d’exclusion, c’est-à-dire, exclure avec les moyens de l’État, toutes les autres opinions qui ne peuvent trouver écho que grâce à la presse. Ainsi, hisser au sommet une seule opinion, celle de la majorité ou de l’exécutif. L’ambition d’un parti unique ou d’une –OPINION UNIQUE–, qui exclut les autres ne date donc pas d’aujourd’hui. En second lieu, c’est sous le même Yayi Boni que des milliers de Béninois ont été évincés de la liste électorale, et que ceux choisis par lui ou ses affidés, ont été autorisés à participer à l’élection. Si ce n’est pas ça de l’exclusion, que faut-il encore ? Par conséquent, l’exclusion n’est pas du temps de Patrice Talon, le système le permet depuis toujours, puisque cette élection qui a exclu la majorité des béninois a été validée par la classe politique et la cour constitutionnelle, sans aucun moyen de recours pour le peuple exclu.

    La démocratie, promeut : l’inclusion, la transparence, la liberté de choix et d’opinion. Mon livre apporte beaucoup d’éclaircissement et propose des solutions adéquates et applicables

    Sur le plan économique, la démocratie a relativement tué notre économie dans ce sens, qu’elle n’a pas consolidé la secondarisation de l’économie pourtant amorcé par le régime marxiste.

    Avec la mondialisation et l’ouverture des barrières douanières imposées contre de petites monnaies par le Fmi et autres, notre économie s’est désolidarisée de sa classe moyenne, a liquidé ses acquis (usine de transformation des matières premières, sobetex, société sucrière de savé etc…) Et s’est extravertie encore plus. Notre économie est depuis davantage fragilisée par les pratiques néolibérales imposées, poussant nos élites à la corruption, fragilisant le tissu social, avec un franc CFA qui nous embarque dans un cycle pervers d’instabilité. La monnaie crée des problèmes tels que : la pauvreté, le sous-développement avec les guerres et les rébellions comme corollaire, et a chaque fois, pour régler ces problèmes liés à la monnaie, a la mauvaise gouvernance et à l’économie, nous retournons vers la France et autres qui nous donnent des solutions clé en main, lesquelles solutions nous lient davantage et fragilisent nos États. La démocratie, a donc oublié le problème qui l’a accouché et s’est chargée de créer des conditions de jouissance pour une Élite regroupée au sein d’une classe politique qui n’a aucune vision pour l’intérêt général.

    Concernant les relations sociales, j’ai rappelé qu’elles étaient le fondement de la vie commune, par conséquent, elles doivent être encadrées et pour cela, qu’il faut des mécanismes efficaces dont le fonctionnement est universel, des instruments du même type, une culture sociale adéquate, une vision d’ensemble. Mon livre apporte plusieurs pistes de solution à ces différents problèmes et pose la question d’un –État providentiel—avec un schéma de solution assez clair.

    Le livre est disponible sur toutes plateformes de vente en ligne et sur le site de l’éditeur l’harmattan.fr. Titre : Projet pour un Bénin démocratique en finir avec la corruption et la pauvreté.

    Bien à vous,

    Richard Boni OUOROU

    Politologue/ socio-économiste-Auteur

    Equipe Les Pharaons


    7 comments

    • Sègnon

      18 octobre 2020 at 5 h 56 min

      L’exclusion a commencé avec le pati unique. Puis avec soglo qui a parlé s de biche et de rivière. Yayi l’a adopté. Aujourd’hui, il a poussé trop grand, c’est tout.

      Reply

    • Sègnon

      18 octobre 2020 at 6 h 02 min

      L’exclusion a commencé avec le pati unique. Puis avec soglo qui a parlé s de biche et de rivière. Yayi l’a adopté. Aujourd’hui, il a poussé trop grand, c’est tout.
      Actuellement, il faut chercher à reculer car si cela continue telle que quel, il ne fait pas s’étonner un jour d’une possible implosion.

      Reply

    • Kinninnon yves s.

      18 octobre 2020 at 7 h 03 min

      Dois je apprendre à un homme de votre rang, qu’il y a une norme ; une limite à tout ?

      Reply

    • Michelarchange

      18 octobre 2020 at 11 h 36 min

      Monsieur Orou je ne vous cache pas ma déception quand je vous ai lu, vous êtes amnésique, qu’il vous souvienne que le Président Yayi avait autorisé le vote d’une loi qui prolongeait l’enrôlement de 13 jours pour permettre de prendre ceux qui n’avaient pas été pris, sachant que Amoussou Bruno et cie avaient demandé à leurs militants de ne pas se faire enrôler

      Reply

    • Stephenbriem

      28 octobre 2020 at 10 h 36 min

      viagra without a doctor prescription usa buy viagra over the counter viagra cvs

      Reply

    • JamesVow

      30 octobre 2020 at 6 h 11 min

      best place to buy viagra online viagra for sale cheapest generic viagra

      Reply

    • KevinBow

      31 octobre 2020 at 5 h 33 min

      cheapest cialis cialis cialis online

      Reply

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment