ALERTE :

    Présidentielle 2021 au Bénin. Anselme Amoussou dérangé par la “mentalité” des acteurs politiques sur le parrainage - Les Pharaons

    dakpe tiando valvonou

    Dans le couloir social et préoccupées par les conditions de vie et de travail des citoyens béninois, les organisations syndicales ont aussi un droit de regard sur le jeu des acteurs dans l’espace politique. Au détour d’une entrevue ce dimanche 25 octobre 2020 sur une chaîne de télévision locale sur la triade, “Lutte syndicale- Dialogue social- Gouvernance Talon”, Anselme Amoussou, le Secrétaire Général de la Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin ( Csa-Bénin), a évoqué la question du parrainage.

    À en croire le syndicaliste, le parrainage en tant que principe de participation à l’élection présidentielle n’est pas un problème. Pour Anselme Amoussou, le brouhaha noté actuellement autour de la question du parrainage est plus lié à la ” mentalité ” politique des acteurs en présence. ” Est-ce que c’est la loi qui pose problème ou c’est l’usage qu’on en fait ? “, s’interroge le Secrétaire général de la Csa-Bénin qui donne l’exemple de certaines vieilles démocraties déjà habituées au système de parrainage.

    Selon lui, ailleurs et notamment en Europe, des élus parrains ont souvent accordé leurs parrainages à des candidats qui ne sont ni de leurs partis politiques ni proches de leurs bords idéologiques. ” C’est juste pour faciliter le jeu démocratique “, a dit Anselme Amoussou. Pour le Secrétaire général de la Csa-Bénin, ” c’est la mentalité des élus et des hommes qui doivent parrainer ” qui est en cause. Cette mentalité, dira-t-il, doit évoluer dans le contexte béninois. Ces dernières semaines, le parrainage ainsi que ses modalités d’application divisent les acteurs aussi bien de la société politique que ceux de la société civile.

    Opposition, mouvance, Osc et CENA n’arrivent pas à accorder les violons autour du parrainage pour un processus électoral apaisé, crédible, transparent et inclusif. Face à ce jeu non harmonieux, le Secrétaire Général de la Csa-Bénin, Anselme Amoussou pense qu’il s’agit d’une manipulation. ” Les politiciens nous manipulent et ça me gêne. Le parrainage n’est pas un problème mais c’est sa mise en oeuvre qui pose problème (…)”, a dit Anselme Amoussou qui remet en cause la ” mentalité ” des acteurs politiques. Le parrainage dira-t-il, n’est pas à priori un élément d’exclusion comme le clament certains acteurs. Selon Anselme Amoussou, il y a d’autres éléments d’exclusion dont on ne parle pas assez.

    ” Moi j’ai bien envie d’aller par exemple à l’élection, mais je n’ai pas les moyens de payer la caution, je n’ai pas les moyens de mobiliser la caution “, a dit le secrétaire général de la Csa-Bénin. Le débat, selon lui, devrait plutôt être centré sur la caution qui ne peut pas être payée par le citoyen lambda. Anselme Amoussou pense que “le niveau de la caution et la limite d’âge” sont à loger dans le même panier que le parrainage. Le secrétaire général de la Csa-Bénin invite les acteurs politiques qui alimentent le débat autour du parrainage à développer le même entrain autour des lois sociales pour le mieux-être des travailleurs.

    Equipe Les Pharaons


    26 comments

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment