ALERTE :

    Bénin/ Législatives 2019. “Fautes mineures”, une solution de la CENA pour échapper aux sanctions judiciaires. Confidences de Geneviève Boko Nadjo - Les Pharaons

    genevieve-boko-nadjo-2

    Josiane Bonou


    On en sait un peu plus sur les réelles raisons pour lesquelles la Commission Électorale Nationale Autonome ( CENA) avait admis des ” fautes mineures ” dans les dossiers de candidatures aux élections législatives d’avril 2019. Interrogée ce vendredi 23 octobre 2020 sur le club presse Café Médias Plus, la vice-présidente de la CENA, Geneviève Boko Nadjo, a assumé l’entière responsabilité de l’affaire dite ” fautes mineures ” qui avait valu à l’institution en charge de l’organisation des élections de vives critiques.

    Aujourd’hui encore, certains acteurs de l’opposition rappellent cet épisode de ” fautes mineures ” pour décrédibiliser la CENA. ” Selon Geneviève Boko Nadjo, la CENA n’hésitera pas à recourir de nouveau aux ” fautes mineures ” si elle devrait reprendre l’organisation des élections législatives d’avril 2019 dans les mêmes conditions. ” Si c’était à refaire, je le dis monsieur le journaliste, nous allons le refaire “, a laissé entendre la vice-présidente de la CENA tout en indiquant que la tolérance des ” fautes mineures ” était une ” solution ” pour avancer dans l’organisation des élections législatives. Geneviève Boko Nadjo utilise la métaphore des examens scolaires pour expliquer les admissions et les recalages des partis politiques lors de l’étude de leurs dossiers de candidatures en 2019. ” Est-ce que vous avez jamais vu un candidat qui passe son examen avec 20 sur 20? “, a interrogé la vice-présidente de la CENA.

    LIRE AUSSI : Présidentielle 2021 au Bénin.  Anselme Amoussou dérangé par la “mentalité” des acteurs politiques sur le parrainage

    Pour elle, après le traitement des dossiers, les auteurs de la critique s’attendaient que la CENA dise: ” tout le monde a échoué ou bien tout le monde a gagné “. Mais selon Geneviève Boko Nadjo, la CENA ne pouvait et ne peut pas emprunter ce chemin, soit en validant ou soit en recalant tous les partis. “(…) on ne peut pas le faire parce-que nous avons comme mission d’organiser les élections. Et la loi va nous sanctionner au cas où on n’organise pas ces élections”, a soutenu Geneviève Boko Nadjo qui cite l’article 5 du code électoral. ” La solution des fautes mineures ” a été donc une parade souveraine de la CENA pour pouvoir répondre à l’exigence de la loi quant à l’organisation des élections.

    Equipe Les Pharaons



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment