ALERTE :

    Justice : Le fisc gagne la troisième manche contre Sébastien Ajavon - Les Pharaons

    ajavon 2

    Cyrille LIGAN

    Game over pour Sébastien Ajavon. Du moins, pour le différend qui l’oppose à l’Etat béninois dans l’affaire du redressement fiscal au titre des sociétés Comon SA et JLR. Comme un retour de boomerang, la riposte juridique de l’homme d’affaires à la Cour suprême ne lui aura pas permis de réécrire l’histoire. Après un bras de fer judiciaire avec le fisc, le couperet est tombé. Le magnat de la volaille devra, malgré tout, s’acquitter d’une mirobolante somme de 147 milliards de francs Cfa.

    En effet, ses manœuvres dilatoires pour se soustraire à l’exécution du paiement auront duré trois longues années. L’issue de ce conflit était loin d’être cousue de fil blanc, mais le fisc est parvenu à mettre en échec le dessein de l’homme d’affaires. En conséquence, du tribunal d’instance à la Cour suprême, la justice béninoise est restée ferme.

    Sanction a minima, sans pour autant négliger la symbolique. L’honneur du candidat malheureux aux présidentielles de 2016 est plus ou moins entaché. Le rapport du fisc, qui portait sur les activités de trois de ses sociétés entre 2014 et 2016, a révélé des faits d’évasion fiscale, l’existence de magasins fictifs créés dans le logiciel de tenue des stocks de marchandises et la minoration des marges commerciales et de l’actif par montage entre autres. D’accablantes malversations réfutées sans preuves tangibles par les conseils de l’homme d’affaires.

    Plutôt que de s’attaquer à sa liberté, la justice béninoise a jugé utile de le frapper au portefeuille. Le verdict est de nature à dissuader d’autres potentiels fraudeurs de passer à l’acte. La confirmation de sa condamnation ouvre ainsi une ère de sévérité accrue dans la répression des fraudeurs fiscaux. Pour rappel, Sébastien Ajavon est coutumier du fait. Il a souvent eu des relations controversées avec l’administration fiscale. Presque toutes les fois, il s’en tire grâce à la controverse politique. L’affaire de fraude à la TVA qui avait défrayé la chronique sous le régime Yayi est encore fraîche dans la mémoire collective.

    La victoire du fisc dans cette affaire est une bonne nouvelle. À l’heure où les finances publiques sont sollicitées, ces recettes sont plus que bienvenues. Et maintenant que les dés sont jetés, Ajavon devra payer son dû au risque de voir ses biens saisis. Le temps des campagnes de victimisation et l’argument de la persécution politique est révolu. Plus personne n’y croit, et peut-être pas lui-même. En tout cas, rien n’est moins sûr.

     

    Equipe Les Pharaons



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment