Bénin/Politique Pour Alain Orounla, la paix d’accord ; mais sans compromission - Les Pharaons

IMG-20201119-WA0021

Le Porte-parole du Gouvernement a animé un point de presse dans la matinée de ce jeudi 19 Novembre 2020 à Cotonou. Il s’agissait pour le Ministre de la Communication et de la poste de faire un point partiel de la tournée de reddition du compte du chef de l’Etat. Alain Orounla est notamment revenu sur la question de la préservation de la paix. Pour lui, il n’est pas question de brader la justice au nom de la paix.

LIRE AUSSI :Bénin/Politique : Tournée nationale du Chef de l’État: Les explications d’Alain Orounla sur le timing choisi par Patrice Talon

Un des points essentiels du message du Président de la République pendant le premier de la tournée du chef de l’Etat a été la nécessité pour les béninois de préserver la paix et de tourner la page des récents événements malheureux qui ont touché le Bénin. Revenant sur ce sujet, le Ministre de la Communication et de la Poste a apporté des clarifications pour situer les uns et les autres. Visiblement, pour Me Alain Orounla, la justice doit primer sur la paix.

Répondant à une question sur la possibilité d’élargir la réconciliation, souhaitée par Patrice Talon avec son prédécesseur immédiat, à Komi Koutché et Sébastien Ajavon, le chargé de la communication au sein du Gouvernement a été formel. « Est-ce qu’au nom de la paix, on doit soustraire les personnalités présumées coupables, qui ont commis des délits de droit commun ? Est-ce qu’au nom de cette paix, on doit s’abstenir de poursuivre ceux qui sont soupçonnés d’avoir pris des libertés avec les causes de l’Etat » s’est-il demandé ? Non, va-t-il répondre.

LIRE AUSSI:Bénin/Politique : Alain Orounla tire les grandes leçons de la première partie de la tournée nationale de Talon

Manifestement, pour le porte-parole du Gouvernement, la réconciliation que souhaite le chef de l’Etat actuel avec Boni Yayi n’est pas synonyme de bradage de la justice. Pour lui, on peut amnistier de présumés délinquants au nom de la paix. Et, la position de l’avocat Orounla s’inscrit parfaitement dans la vision du chef de l’Eta depuis 2016 : rien ne passe au-dessus du deuxième mot de la devise du Bénin ! La justice comme commandement de toute action publique.

 

admindios



Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment