Tournée présidentielle “Il faut serrer les ceintures “, Talon clarifie son exhortation à Klouékanmè - Les Pharaons

50594404318_8f2233d6b5_c

Le Président de la République, Patrice Talon, a saisi l’occasion de ses échanges avec les populations de Klouékanmè ce lundi 23 novembre 2020 pour repréciser le sens de la célèbre phrase : ” Il faut serrer les ceintures “. En 2016, quelques semaines après son investiture, le Chef de l’État Patrice Talon avait lâché lors d’une visite à Parakou la phrase banale: Il faut serrer les ceintures. Mais très vite, l’expression a été reprise par les opposants au régime pour critiquer certaines options de gouvernance économique du Président Patrice Talon. Parfois dévoyée et mal comprise, cette phrase d’exhortation du Président de la République a été explicitée. C’est Patrice Talon, lui-même qui est revenu là-dessus. ” Quand je dis aux uns et aux autres, il faut serrer la ceinture, ce n’est pas serrer la ceinture sur nos salaires, sur ce que le producteur a comme recette, sur ce que le menuisier a comme recette; l’État ne lui prend rien au-delà de l’impôt qu’il a toujours payé sans le savoir. Ce n’est pas que quand la couturière travaille, je lui demande de ne pas dépenser son argent.”, a d’abord fait savoir le Chef de l’État. ” Est-ce qu’on a déjà demandé à quelqu’un dans son salaire, dans ses recettes de ne pas faire ce qu’il veut avec son argent ? Quand je dis qu’il faut serrer la ceinture, c’est quelle ceinture ?”, a interrogé Patrice Talon qui répond : ” C’est une façon de parler seulement. C’est de dire de ne plus voler, c’est tout.”. Le Président de la République va plus en profondeur dans la clarification de l’expression ” serrer la ceinture “. À l’en croire, ” c’est une façon poli(e) de dire aux gens contentez vous de vos salaires ; contentez-vous de vos revenus, revenus de votre travail. Que le député se contente de son salaire de député; que le ministre se contente de son salaire ; que le douanier arrête de voler; que le gendarme, le policier, le directeur d’école, l’infirmier qui comme les autres volent, lui aussi vole les médicaments qu’il vend; que tout ça là cesse même si tout ça là permet à l’argent de circuler. “, a déclaré le Président de la République, Patrice Talon. L’argent qui doit circuler, poursuit-il, doit être l’argent que chacun mérite. Les économies faites sur la base de cette formule de ” serrage de ceinture “, renchérit-il, serviront à construire les routes, les hôpitaux, l’électricité, à financier les cantines scolaires, etc. ” Il faut laisser l’argent travailler pour le minimum indispensable à notre survie “, a dit le Président Patrice Talon qui une fois pour de bon, a donné le vrai sens de sa phrase d’exhortation: Il faut serrer les ceintures”.

admindios


66 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment