ALERTE :

    Economie/Covid-19 A Djidja, Talon s’explique sur son refus de soutenir un moratoire sur les dettes du Bénin - Les Pharaons

    arti

    Ce Samedi 28 Novembre 2020, le chef de l’Etat met le cap sur le département du Zou. C’est par la commune de Djidja que Patrice Talon a débuté sa tournée de reddition de comptes à ses compatriotes dans le plateau d’Abomey. Depuis le 12 Novembre dernier, il a entamé un périple qui doit le conduire dans 54 villes du pays afin de présenter le bilan de ses actions à la tête du Bénin. A Djidja, Talon est revenu, face aux populations et aux collectivités locales, sur l’opposition du Bénin de soutenir une demande de moratoire sur le paiement de la dette externe du pays sous à cause de pandémie de la Covid-19.
    Contrairement à ceux qui, comme le Sénégal, la France ou la Côte d’Ivoire et Emmanuel Macron, prônent l’annulation de la dette des pays africains pour faire face à la pandémie de coronavirus, le Gouvernement béninois avait estimé que d’autres approches doivent être privilégiées. Le Bénin avait proposé d’aider à la mobilisation urgente de liquidité nouvelle en lieu et place des annulations ou moratoires de dette et de relancer les économies africaines via des financements concessionnels.
    A Djidja, le chef de l’Etat s’est expliqué sur cette position. Pour lui, si le Bénin veut devenir un grand pays, il doit respecter ses engagements. « Nous savons payer nos dettes ; et nous les payons régulièrement depuis » a-t-il laissé entendre. Il a poursuivi en affirmant que les créanciers ont également des dettes à honorer et ne comprend pas alors pourquoi les pays africains ne paieraient pas leurs dettes. Faisant le parallèle, Patrice Talon dit que sous prétexte de décès ou de maladie, on ne paye pas les dettes, on perd la confiance des partenaires. Or le Bénin est un grand pays responsable a conclu le chef de l’Etat sous les ovations des populations.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment