ALERTE :

    Politique : La méthode Talon pour sortir Porto-Novo de sa léthargie post-coloniale - Les Pharaons

    FB_IMG_1607277423265

    Cyrille LIGAN
    Sur les ruines d’une ville délabrée, vouée à l’exclusion des politiques publiques de développement, Patrice Talon fonde un Porto-Novo moderne et transformée. « Réformateur », ou plus exactement « Agbonon » : tel est le nom que les populations décernent au président de la République, en hommage à l’homme de vision appliquant toute une série de mesures audacieuses. Pour cause, il ne lui aura fallu qu’un mandat de cinq ans pour réussir le pari de briser le sort auquel était condamnée la capitale du Bénin depuis les années 1960.
    Au lendemain des indépendances, Porto-Novo et son agglomération connurent une croissance économique et démographique sans précédent. Cependant, la ville a eu de la peine à structurer son expansion faute de politiques publiques et cette croissance révèle très rapidement un manque d’équipements et d’infrastructures. En effet, le mépris grandissant des différents gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays, le fléau du régionalisme, la pléthore de coups d’Etat politiques et les intérêts individualistes de politiciens avides ont conduit la ville dans la ruine.
    Après son investiture en 2016, Patrice Talon qui se dit « révolté » rend son verdict : il faut déverrouiller Porto-Novo. Selon lui, « Porto-Novo était la synthèse de ce que nous étions, de l’image que nous avions. Mais, ce que nous avions montré à nous-même et au monde entier pendant les 50 dernières années, n’est pas en réalité ce que nous sommes ». L’architecte du Bénin Révélé pose un diagnostic sans équivoque et entreprend des actions pour sortir la ville aux trois noms de sa léthargie. Pour révéler le Bénin, il est indispensable de sauter les verrous qui font obstacle au développement urbain et à la modernisation de Hogbonou.
    Son programme d’actions du gouvernement fait alors la part belle à la capitale. Le défi est immense, mais le compte rebours lancé a déjà permis au réformateur de sauter quelques « verrous ». Le projet de construction de la route inter-Etats Porto-Novo-Missreté-Pobè permet de désenclaver la ville, de fluidifier le trafic et d’intensifier le développement des échanges. Le projet de construction de la rocade de Porto-Novo permet de contourner la ville. Le bitumage et le pavage de plusieurs artères la ville avec éclairage public dans le cadre du projet asphaltage ainsi que le projet d’assainissement fluvial avec aménagement de voiries en bitume ou en pavé permettent de donner un visage digne d’une capitale à la Cité des Aïnonvis.
    Mieux, la reconstruction en cours des grands marchés de la ville dont Ouando et Ahouangbô, le passage à niveau érigé devant le marché Ouando pour faciliter la traversée aux piétons de la route inter-Etats, le projet de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale, des arènes du culte Vodoun ont contribué à métamorphoser Adjatchê. Rappelons que la ville a également bénéficié des programmes d’accès à l’énergie électrique et à l’eau et bien d’autres projets réalisés dans les autres communes du Bénin.
    Après bientôt cinq années de travaux, les gens sont souvent usés par le bruit, la poussière et les routes barrées. Mais aujourd’hui, le résultat est là. La transformation de la Cité des Aïnonvi est déjà perceptible. Plusieurs chantiers sont terminés, et d’autres vont s’achever courant 2021. A ce sujet, Patrice Talon affirme « nous venons de loin mais désormais nous irons très loin. Ce que nous avons fait en cinq ans n’est pas simplement la première pierre de ce que nous sommes capables de faire ».
    Pour réaliser cet exploit, le Chef de l’Etat n’a pas hésité à sacrifier sa popularité. Le défi était immense car il ne s’agissait pas uniquement de réaliser les travaux du PAG, mais bien de saisir l’opportunité offerte par ce mandat pour accélérer la transformation de la ville. L’enjeu était de présenter au monde Porto-Novo comme une ville moderne et dynamique. Peu à peu il transforme la ville. Les populations retiennent de lui ses ambitions réformatrices et l’intègre au premier rang du panthéon des plus grands bâtisseurs dans l’histoire du Bénin.

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment