ALERTE :

    Exigence d’un report du scrutin présidentiel 2021 au Bénin: L’opposition informelle dans un déni de la réalité politique - Les Pharaons

    Elections

    À un peu moins de cinq mois de l’organisation de l’élection présidentielle au Bénin, l’opposition informelle est loin de moduler son discours critique. Cette semaine, deux sorties médiatiques ont remis sur scène un discours que l’on croyait désuet. D’abord c’est l’ex-député Valentin Djènontin qui, depuis la France, s’est fendu d’une déclaration dans laquelle il conteste l’organisation de l’élection présidentielle dans le contexte actuel. Ensuite, c’est l’ex-parti Usl de Sébastien Ajavon qui a publié une déclaration toujours pour exiger la non tenue du scrutin présidentiel le 11 avril 2021. Qu’il s’agisse de l’ex-député Valentin Djènontin ou de l’ex-parti Usl, les éléments de contestation n’ont pas varié. Entre autres éléments évoqués pour contester l’organisation de l’élection présidentielle du 11 avril prochain, les arrêts de la Cadhp, l’annulation de la révision constitutionnelle, l’audit du fichier électoral, le retour des ” exilés politiques ” la suppression du parrainage, la prorogation du mandat présidentiel, le poste de vice-Président de la République, etc. La lecture croisée de ces éléments évoqués laisse croire qu’une partie de l’opposition informelle est dans un déni de la réalité politique au Bénin. Sur chacune des raisons avancées, le gouvernement a, à maintes reprises, reprécisé, les soubassements des réformes engagées. Le consensus du dialogue politique d’octobre 2019 a permis d’aller vers une révision constitutionnelle avec des innovations dont le parrainage des candidats à l’élection présidentielle, la création d’un poste de vice-Président de la République, le décalage des périodes d’organisation de l’élection présidentielle, etc. Sur le dossier des ” exilés “, le gouvernement a toujours expliqué qu’il n’y a pas d’exilés politiques au Bénin mais des exilés judiciaires. À cinq mois de l’élection présidentielle, la Commission électorale ( Cena) a déjà publié son calendrier. De son côté, le Cos-Lepi travaille dans un cadre de concertation ouvert pour sortir une liste électorale consensuelle. Dans un tel contexte, rien ne présage d’un blocage institutionnel interne pouvant déboucher sur un report de l’élection présidentielle de 2021. D’ailleurs la position de l’ex-parti Usl et de l’ex-député Valentin Djènontin contraste avec celle du parti Les démocrates (LD). En attente de son récépissé, le parti LD, porté par l’ex-président Boni Yayi travaille pour participer à l’élection présidentielle. Le Chef de l’État qui se réjouit de la démarche de formalisation engagée par le parti d’opposition LD a, à l’occasion de sa tournée nationale, promis de tout faire pour que le candidat de ce grand parti d’opposition réunisse les parrainages pour aller à l’élection présidentielle. La machine électorale est donc en marche au Bénin. Le discours d’exigence d’une annulation de la tenue du scrutin présidentiel s’entend ainsi comme un déni de la réalité politique. Par extension, il s’agit d’un discours à contre courant dans l’espace politique.

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment