ALERTE :

    Bénin/Diplomatie : Un quinquennat de modernisation des outils de la politique étrangère - Les Pharaons

    agbenonci 5

    Cyrille LIGAN
    À peine installé dans le fauteuil de président de la République, le 6 avril 2016, Patrice Talon a multiplié les gestes de rupture avec la diplomatie de ses prédécesseurs. Pourtant, les enjeux ne sont pas minces. Dès 2017, le Chef de l’Etat a positionné le Bénin en puissance diplomatique qui parle à toute l’Afrique. Convaincu que la coopération sud-sud peut avoir un vrai sens, il a décidé d’exempter les ressortissants des pays africains des procédures de demande de visa pour les séjours n’excédant pas une durée de quatre-vingt-dix jours. Au-delà de cette initiative, quel bilan tirer de sa politique étrangère, parfois qualifiée d’inefficace ?
    Dans le monde diplomatique, la continuité a certes prévalu : bonnes relations globales avec la Cedeao, l’Union Africaine, l’Union Européenne et le reste du monde. Mais, le gouvernement cherche désormais à préserver une analyse indépendante et, surtout, à agir en conséquence. Pour cela, il a été institué une nouvelle approche de diplomatie économique afin de privilégier l’efficacité dans l’action. Mieux encore, certaines initiatives ont laissé espérer un nouveau souffle dans les relations du Bénin avec le monde dans un contexte de mondialisation. Il s’agit essentiellement de la rationalisation de la carte diplomatique.
    En effet, de trente-cinq en 2016, le nombre d’ambassades et de missions diplomatiques est passé à onze en 2020. Pour les consulats béninois à l’étranger, ils ont été réduits au quart de leur effectif durant la même période. Jusque-là, 80% du budget alloué au ministère des Affaires étrangères allait aux postes diplomatiques et consulaires, dont 70% pour les dépenses de personnels et de fonctionnement et seulement 2% pour les acquisitions, réfections des bâtiments et autres. Ces modifications sont apportées à la carte diplomatique dans la perspective d’arrimer la diplomatie béninoise aux défis contemporains.
    « Nous avons décidé d’avoir une carte diplomatique très allégée, mais renforcée. Certaines ambassades, comme Paris, Washington, seront des pôles régionaux. Nous serons présents sur tous les continents. Nous aurons des ambassadeurs non-résidents, qui, à partir de Cotonou, avec les moyens, opéreront et seront accrédités auprès de certains pays. C’est une modernisation de l’outil. On ne peut pas baser notre diplomatie sur des dogmes qui sont dépassés et sur des modes de représentation qui ne sont plus efficaces » , avait indiqué le ministre Aurélien Agbénonci.
    Dans sa volonté de s’affranchir de toute contrainte multilatérale qu’il n’aurait pas modelée à l’avantage du pays, le président de la République a également procédé à la rationalisation de l’effectif des postes diplomatiques et consulaires du Bénin. Alors que s’achève sa présidence, les espoirs de Patrice Talon ont bouleversé les usages diplomatiques. C’est de bonne guerre. Les décisions prises seront certainement lourdes de conséquences, mais pour qu’elle soit efficace la relance de la diplomatie béninoise se veut laborieuse.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment