ALERTE :

    Agression du Roi d’Agoué: Réaction de Euloge Kouanvi Sodji,1er ministre de la Cour royale - Les Pharaons

    IMG-20201215-WA0150

    C’est une affaire d’agression qui fait bouger les lignes dans le monde de la royauté au Bénin. Il y a quelques jours, le Roi d’Agoué, Sa Majesté Sossa Folly Awon, a été victime d’une agression physique aux encablures du palais royal avec des supplices corporels. Alors que le Haut conseil des rois du Bénin suit le dossier désormais déféré devant les juridictions, le Premier ministre de la Cour royale d’Agoué, Euloge Kouanvi Sodji, a donné de la voix. Reçu sur l’émission Diagonale de la Maison de Productions Bi—News ce dimanche 13 décembre 2020, Euloge Kouanvi Sodji est revenu sur les dessous de cette affaire d’agression du roi d’Agoué. ” Agoué est une cité cosmopolite où les gens se croient souvent être au-dessus de la loi”, a d’abord lancé le 1er ministre de la cour royale. Selon Euloge Kouanvi Sodji, les agresseurs de sa Majesté Sossa Folly Awon sont des Adjigovi, une lignée qui dispute de façon illégitime le trône depuis des temps anciens. Pour le 1er ministre de la cour royale d’Agoué qui rappelle l’histoire, les Adjigovi ont bénéficié de l’asile auprès du fondateur et du premier roi d’Agoué, Sa Majesté Sossa Folly. Après le décès de celui-ci, dit-il, le trône est passé naturellement aux mains des Johnson, une lignée apparentée au roi défunt qui assumait déjà les fonctions de régent. Euloge Kouanvi Sodji qui est lui-même de la lignée des Adjigovi, fait savoir que sa collectivité à l’époque avait voulu accéder de force au trône. Les conflits qui s’en sont suivis et les procès judiciaires, précise-t-il, ont toujours été gagnés par les Johnson. Selon le premier ministre de la cour royale d’Agoué, il était important de rappeler ces faits historiques qui malheureusement sont encore des raisons inavouées ayant conduit à l’agression récente de Sa Majesté Sossa Folly Awon. Revenant aux faits, Euloge Kouanvi Sodji renseigne que le roi d’Agoué a été agressé dans une affaire d’échafaudage. Il s’agit d’un projet d’aménagement de voirie qui devrait toucher à un lieu ( non loin du palais) réservé pour des sacrifices rituels en cas de mort par l’action du tonnerre. Selon le premier ministre de la cour royale d’Agoué, la zone était administrée par un tiers à qui le roi Sossa Folly Awon a fait l’amitié d’envoyer des présents pour solliciter son accompagnement sur le projet d’aménagement de la voirie. À en croire Euloge Kouanvi Sodji, après le nettoyage du lieu (sacré) par les jeunes émissaires ( habilités à faire ce genre de travaux) du roi d’Agoué, des chants hostiles à Sa Majesté Sossa Folly Awon ont été entonnés par les membres de la lignée des Adjigovi. Aussitôt le roi sorti de son palais dans le but d’apaiser, il a été agressé avec des coups de bâton, des jets de pierres, des coups de coûteux, de machette. ” Sa Majesté Sossa Folly Awon été charcuté sur la cour royale “, a déclaré le premier ministre de la cour royale d’Agoué. Admis en soin dans un centre de santé, le roi Sossa Folly Awon est toujours sous traitement et n’a pas encore regagné le palais royal à Agoué, a confié Euloge Kouanvi Sodji. Le premier ministre de la cour royale fait savoir que le palais fait l’objet d’assauts répétés depuis l’agression de Sa Majesté Sossa Folly Awon. Les ” bandits”, comme il les appelle, ont mis toute la ville d’Agoué sous tension surtout les nuits avec les ” Zangbétô” et le palais royal est dans une situation d’insécurité. La cour royale d’Agoué est disposée pour trouver une solution à la crise. Mais selon Euloge Kouanvi Sodji la collectivité Adjigo n’aime pas le dialogue. Selon lui, le trône d’Agoué n’appartient pas aux Adjigovi. Le dernier feu roi Sodji du ” royaume fabriqué ” par les Adjigovi a d’ailleurs certifié que le trône d’Agoué n’appartient pas à la collectivité Adjigo, a conclu le premier ministre de la cour royale d’Agoué Euloge Kouanvi Sodji.

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment