Chefferie traditionnelle au Bénin : Une “pagaille” au sein du Haut conseil des rois. Critique d’un acteur du couvent - Les Pharaons

IMG-20201215-WA0151

L’adoption de la loi n°2019-40 portant révision de la constitution le 1er novembre 2019 apporte une réponse au problème de reconnaissance des systèmes de pouvoir endogène. Selon l’article 151- 1 (nouveau) : ” l’État reconnaît la chefferie traditionnelle gardienne des us et coutumes dans les conditions fixées par la loi.” Mais alors que le politique qui tient les rênes du pouvoir républicain crée l’ouverture vers la reconnaissance légale, la chefferie traditionnelle tarde à faire sa mue. Le monde de la royauté au Bénin serait encore l’otage d’une crise entretenue par de ” faux rois” sur fond d’une jalousie insaisissable. C’est en substance, l’analyse critique étalée ce dimanche 13 décembre 2020 par Euloge Kouanvi Sodji, Premier ministre de la cour royale d’Agoué. Reçu sur l’émission Diagonale de la Maison de Productions Bi—News, Euloge Kouanvi Sodji a révélé les dessous de l’agression du roi d’Agoué, Sa Majesté Sossa Folly Awon. Le roi d’Agoué est par ailleurs membre du Haut conseil des rois du Bénin. Interrogé sur le rôle que joue le Haut conseil des rois du Bénin suite à l’agression physique dont a été victime Sa Majesté Sossa Folly Awon, Euloge Kouanvi Sodji a craché sa colère. ” Le Haut conseil, moi je n’ai jamais vu ça quelque part. Dans le Haut conseil des rois, il y a des gens qui sont sincères avec le roi d’Agoué, il y a d’autres qui ne le sont pas”, a d’abord lancé le premier ministre de la cour royale d’Agoué. ” Dans ce haut conseil, il y a beaucoup qui ne sont pas rois. Dans ce haut conseil dont vous me parler, il y a des faux rois. Ils sont jaloux des vrais rois parce-que tout récemment, le Président Talon a reconnu constitutionnellement la royauté, la chefferie traditionnelle “, a analysé Euloge Kouanvi Sodji. La raison de la jalousie entretenue au sein du Haut conseil des rois du Bénin, dit-il, serait liée à l’organisation légale qui se pointe l’horizon et qui va permettre de consacrer les vrais rois. Dans la crise en cours au palais royal d’Agoué, Euloge Kouanvi Sodji fait savoir ” qu’il y en a parmi ces faux rois qui jouent le rôle de sous-marin torpilleurs”. A en croire Euloge Kouanvi Sodji, ces ” faux rois qui ne sont pas contents de ceux-là qui seront admis comme vrais rois” poussent les Adjigovi ( la lignée qui a attaqué le roi Sossa Folly Awon) à aller au pire. ” Ils sont là à admirer. Ils ne disent rien. C’est là où moi je dis que le Haut conseil ( des rois du Bénin, Ndlr) est carent.”, a laissé entendre le premier ministre de la cour royale d’Agoué, Euloge Kouanvi Sodji. Il poursuit: ” Ce que moi j’ai vu au sein du Haut conseil des rois, j’ai vu qu’il y a une petite pagaille organisée. Ça ne dépend pas du roi Kpodegbé d’Alladada, mais dans le Haut conseil des rois, il y a une petite pagaille organisée, ce n’est pas ce qu’on veut.” Une critique qui vient se greffer à celles déjà formulées contre le monde de la royauté au Bénin. Dans crise au palais royal de Savalou avec la mise sous scellés des portes d’accès, le Haut conseil des rois du Bénin n’avait pu juguler la crise. Les deux collectivités qui se disputent le trône n’avaient pas cru devoir solliciter et se soumettre à l’arbitrage du Haut conseil des rois. Le Haut conseil des rois du Bénin traverse une mauvaise passe et se fragilise de plus en plus par ses membres. L’organisation irréprochable, sa capacité à faire régner l’ordre, régler les crises et son autorité morale sont de plus en plus contestées. La question des faux rois et des vrais rois devrait être tranchée par le cadre légal attendu après la révision de la constitution pour assainir le milieu de la chefferie traditionnelle au Bénin.

Dios CHACHA



Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment