ALERTE :

    Parrainage, prorogation de mandat, tournée présidentielle : Roch Gnahoui David soupçonne une “maladie politique” dans la critique des opposants - Les Pharaons

    gnahoui-david

    Ils excellent dans la critique trop dure et non mesurée. Sur chacune des actions du pouvoir, ils ne manquent aucune occasion pour pourfendre le Président de la République et son entourage. Même les gains les plus adulés qui sont issus de la gouvernance sont criblés de critiques. À la manette, l’opposition béninoise avec certains leaders d’opinions qui lorgnent le fauteuil présidentiel. Ces dernières semaines, trois sujets ont particulièrement nourri les critiques. Il s’agit de la tournée nationale du Président de la République, Patrice Talon, de la prorogation du mandat présidentiel et du parrainage des candidats à l’élection présidentielle. Mais l’opposition béninoise qui excelle dans la critique a désormais du répondant en face. Doyen de la Fadesp, avocat au Barreau et membre du bureau politique du parti Union Progressiste (mouvance), le professeur Roch Gnahoui David, a publié une tribune libre ce mercredi 16 décembre 2020. Dans un style fermé qui porte les marqueurs d’un universitaire chevronné, la tribune du professeur Roch Gnahoui David remet en cause les critiques qui fusent des rangs de l’opposition. “En analysant les agitations sur la scène politique, on ne peut se priver de rire dans sa barbe. Des personnes souffrent, en ce moment, d’une maladie qu’il faudra vite diagnostiquer et traiter car elle touche à l’aptitude à tenir une logique dans une réflexion relative à la politique de haut niveau.”, écrit le professeur Roch Gnahoui David à l’entame de sa tribune. “L’on critique la fixation de la nouvelle date de l’élection présidentielle au Bénin en conformité avec la Constitution modifiée, le principe du parrainage, la tournée de reddition de compte du Président de la République et tutti quanti. Qui pourrait leur expliquer, que lorsqu’une loi nouvelle entre en vigueur, des dispositions transitoires permettent de fixer dans le temps, le champ d’application de la loi ancienne et celui de la loi nouvelle dans son élan de mise en œuvre de ses effets immédiats. La non rétroactivité est le premier principe du droit transitoire. Quand on ne comprend pas, on ne fait pas de juridisme, on ne parle pas d’insulte à l’intelligence collective béninoise.”, analyse le Doyen de la Fadesp. Roch Gnahoui David finit par conclure qu’être ”homme, c’est savoir contrôler ses paroles et ses comportements et de refuser d’être Dieu”.

    Lire la tribune du prof. Roch
    Gnahoui David

    *Politiquement “pot-pourri”*

    “En analysant les agitations sur la scène politique, on ne peut se priver de rire dans sa barbe. Des personnes souffrent, en ce moment, d’une maladie qu’il faudra vite diagnostiquer et traiter car elle touche à l’aptitude à tenir une logique dans une réflexion relative à la politique de haut niveau. A défaut de réussir dans cette démarche de logique, on critique à se faire broyer les cellules nerveuses. L’on critique la fixation de la nouvelle date de l’élection présidentielle au Bénin en conformité avec la Constitution modifiée, le principe du parrainage, la tournée de reddition de compte du Président de la République et tutti quanti. Qui pourrait leur expliquer, que lorsqu’une loi nouvelle entre en vigueur, des dispositions transitoires permettent de fixer dans le temps, le champ d’application de la loi ancienne et celui de la loi nouvelle dans son élan de mise en œuvre de ses effets immédiats. La non rétroactivité est le premier principe du droit transitoire. Quand on ne comprend pas, on ne fait pas de juridisme, on ne parle pas d’insulte à l’intelligence collective béninoise. En cela, on peut comprendre l’autre qui appelle à un dialogue national pour mieux s’approprier une compréhension normale des choses après la délivrance d’un récépissé à un groupe démocratiquement impatient. Ce n’est pas parce que l’on a la liberté d’expression, qu’il faut tailler à tort et à travers. On peut encore apprendre lorsqu’on est d’un certain âge pour faire rayonner et partager la sagesse. Quand on n’est pas spécialiste d’un domaine, on se garde d’aller trop loin. D’ailleurs, un diplôme de spécialiste en connaissance générale n’existe pas. De plus, les diplômes ne sont pas tous identiques encore que certains n’en aient pas et ne se contentent que de leurs actes de naissance (c’est l’autre qui l’a dit n’est-ce pas ?) mais qui les rattachent à une famille, à un Etat dont ils sont fiers et dignes.
    Les connaissances, les diplômes, les positions occupées à un moment de l’histoire ne font pas de vous un Homme. On est Homme par la raison et par le cœur. Les velléités d’une pré-candidature à une élection présidentielle ne font pas non plus de vous un Homme. Être Homme c’est savoir contrôler ses paroles et ses comportements et de refuser d’être Dieu.
    Travailler et transformer un pays en une oasis, il faut être un homme stratège, méthodique et heureux de continuer le job ; “why not”.
    Pour l’instant, lavons-nous les mains, portons nos masques et traversons les frontières désormais ouvertes.
    RGD”

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment