ALERTE :

    Bénin - Nigéria : Prof. John Igué parle du taux d’inflation qui a sauté le verrou des frontières - Les Pharaons

    IMG-20201223-WA0033

    L’économie nigériane était au bord de l’essoufflement et la réouverture des frontières nigérianes n’était plus une option. Cette réouverture était devenue un impératif de survie pour l’économie nigériane. Il ne s’agit pas d’un cadeau du ciel comme veulent le faire croire certaines langues. Après plus de 16 mois de fermeture unilatérale de ses frontières avec ses voisins dont le Bénin, le Nigéria a décidé de renouer avec les principes de libre circulation des personnes et des biens, tels que prescrits dans la zone CEDEAO. Spécialiste des relations bénino-nigérianes, le professeur John Igué, a évoqué les raisons pour lesquelles le Président nigérian Muhammadu Buhari a fini par rouvrir ses frontières avec les pays voisins. L’ex-ministre du commerce béninois intervenait ce lundi 21 décembre 2020 à l’occasion d’une soirée politique organisée par la Fondation Friedrich Ebert. À en croire John Igué, ce sont les ” pressions à l’intérieur du Nigéria” qui ont forcé la main au président Buhari. ” Le Nigéria est au près de la boite en ce moment. L’impact de la frontière sur le Nigéria est aussi important que sur notre économie ici ( Bénin, Ndlr)”, a déclaré le professeur John Igué. Le spécialiste des relations bénino-nigérianes a évoqué des éléments factuels qui corroborent sa thèse. ” Au Nigéria, il y a 626 marchés qui s’ouvrent tous les jours. Ces 626 marchés ont été proprement impactés par la fermeture des frontières et cela s’est renchéri sur le taux d’inflation “, a analysé l’ex-ministre du commerce. Le professeur John Igué a aussi fait savoir que « les Nigérians qui ont des affaires avec les périphéries du Nigéria ont fait pression sur Buhari pour qu’il cesse de continuer à fermer la frontière surtout que c’est pour la deuxième fois que Buhari fait la même chose ». « La fermeture est donc devenue une sorte d’échec pour lui (Buhari, ndlr) et il est obligé d’en tenir compte. C’est la raison pour laquelle il a rouvert les frontières », a-t-il analysé. Depuis la fermeture des frontières, l’économie nigériane n’est pas au meilleur de sa forme. Cette situation s’est davantage dégradée avec la pandémie du Covid-19. Selon la banque mondiale, l’économie nigériane devrait enregistrer (-4,3%) et environ 5 millions de nigérians devraient basculer dans la pauvreté en 2020. L’institution vient d’ailleurs de décaisser 1,5 milliards de dollars pour la relance de l’économie nigériane. De son côté, le Bénin a développé une politique de résilience pour contenir les pertes liées à la fermeture des frontières nigérianes. Selon les autorités béninoises, la part des recettes imputables à la fermeture des frontières est estimée à 48,6 milliards FCFA, un peu plus de 10 % des recettes brutes de la douane et moins de 5 % des recettes totales de 2019. Le Nigeria, avait décidé de fermer ses frontières de manière unilatérale pour lutter contre l’insécurité et la contrebande. Mais un an et demi plus tard, le géant nigérian est entré en récession, et les prix de la nourriture ne cessent d’augmenter. Les importations ne sont plus totalement bloquées, même si le Nigeria maintient une interdiction d’importation sur un certain nombre de produits notamment le riz et la volaille. Cette réouverture partielle des frontières devrait donc permettre au Nigéria de contrôler un peu l’inflation, alors que sa production agricole est au plus bas niveau.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment