ALERTE :

    Parrainage La Cour constitutionnelle tranche et évite un piège - Les Pharaons

    Screenshot_20210107-162552

    Elle était attendue pour fixer les uns et les autres sur l’épineuse question du parrainage. La Cour constitutionnelle a finalement donné sa position sur cette disposition du code électoral qui défraie la chronologie et polarise les attentions depuis plusieurs semaines. «C’est un acte de volonté du pouvoir constituant. Il ne peut donc faire objet de contrôle par la Cour constitutionnelle. La Cour ne peut contrôler le respect de la procédure de révision de la constitution » ont notamment signifié les sept sages dans leur décision rendue ce jeudi. C’est donc une quasi-fin de non recevoir que la haute juridiction a accordée au recours introduit contre cette disposition du code électoral par les juristes Nourou-Dine Saka Saley, Armand Bognon ainsi que le médecin Nadin Ange Tayéwo Kokodé, auteurs des recours en examen.

    S’il est vrai que cette décision n’est pas de nature à plaire à toutes les sensibilités politiques, il est cependant une évidence qu’elle traduit une certaine constance de la haute juridiction quant à son appréhension et sa lecture de cette loi. Il aurait en effet été un revers malsain pour Joseph Djogbénou et ses pairs, de se dédire après avoir attesté en novembre 2019, de la conformité de cette loi à la constitution.

    Pour beaucoup d’analystes en effet, ce recours s’apparentait à maints égards à un piège tendu aux sages de la Cour dont un revirement sur cet aspect sensible de la loi pourrait laisser libre cours à toute sorte d’interprétation. C’est désormais clair, les “anti-parrainage” sont dorénavant contraints de se fier aux assurances données par le chef de l’Etat et les potentiels parrains pour s’engager dans les négociations devant leur permettre d’obtenir le nombre de cautions requises pour formaliser leur candidature. À moins de renoncer à se présenter à la prochaine élection présidentielle, les détracteurs du parrainage n’ont désormais plus le choix. A eux de jouer leur partition, quitte à éprouver la bonne foi de leurs adversaires politiques. Entre la volonté de favoriser une élection inclusive et celle de mettre à mal ou de saboter le processus électoral pour des intérêts inavoués, le peuple, seul et unique détenteur de la souveraineté, appréciera.

    Gabin GOUBIYI


    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment