ALERTE :

    Après l’échec des recours contre le parrainage La raison politique, l’ultime voie qui s’impose à l’opposition - Les Pharaons

    Opposition

    Le dernier trimestre de l’année 2020 a été marqué par des envolées lyriques autour du processus électoral. Pour l’élection présidentielle du 11 avril prochain, certaines nouvelles dispositions incomprises ont suscité des remous verbaux. C’est le cas par exemple du parrainage des candidats. Devenu l’élément clivant à l’intérieur de l’espace politique surtout avec ses modalités pratiques d’application telles que définies par la Commission électorale nationale autonome ( Cena), le parrainage a été contesté et soumis à l’appréciation du juge constitutionnel béninois. Les anti- parrainage, à travers leurs recours, demandaient à la Cour constitutionnelle d’acter l’inapplicabilité du parrainage ou encore de le déclarer contraire à la constitution au regard des risques de menace à la paix. Mais sans grande surprise, ce jeudi 07 janvier 2021, en examinant les recours, la Cour constitutionnelle s’est déclarée incompétente pour statuer en raison de la primauté conférée au pouvoir constituant dérivé incarné par le parlement, institution qui a opéré la révision constitutionnelle et introduit le principe du parrainage suivant la procédure légale. Cette décision qui fait objet depuis d’une avalanche de réactions aussi bien de profanes que des initiés du droit vient refermer le débat sur le maintien ou la suppression du parrainage. Le parrainage est maintenu dans le dispositif électoral. Tous les candidats au scrutin présidentiel du 11 avril prochain sont donc astreints de justifier du parrainage de 16 députés et ou maires. À trois mois du premier tour de cette élection majeure, l’opposition béninoise qui est en quête d’un exploit et qui cherche à provoquer l’alternance est désormais au pied du mur. Si elle tient à jouer tout au moins la carte de l’espoir en participant à ce scrutin présidentiel, elle est bien obligée de changer de fusil d’épaule, de baisser pavillon et de changer de discours pour essayer de rattraper le temps perdu en nourrissant une foi hypothétique dans la suppression du parrainage par le juge constitutionnel béninois. L’ex-président Boni Yayi et son parti Les Démocrates, Éric Houndeté, le professeur Joël Aïvo et autres prétendants au trône présidentiel qui sont encore accrochés à une exigence de la suppression du parrainage doivent se rendre à l’évidence du caractère irréaliste de cette exigence. Le challenge désormais est d’aller négocier sur la base d’un projet de société rationnel les parrainages auprès des élus de la mouvance. C’est la seule voie de raison politique qui s’impose aujourd’hui à l’opposition béninoise. Toute autre option lui sera préjudiciable à terme.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment