Présidentielle 2021 : Le bal des vrais-faux candidats à la FCBE - Les Pharaons

FCBE

Cyrille LIGAN
La campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2021 est largement engagée au sein de la Force Cauri pour un Bénin Emergent. Pour avril 2021, les appétits s’aiguisent et les vraies-fausses candidatures à la présidentielle se multiplient à mesure que l’échéance se rapproche. Huit personnalités, prêtes à tenter leur chance, sont entrées en lice, à la surprise, feinte ou réelle, de leurs rivaux, postulant pour la primaire que ce parti envisage d’organiser très prochainement.
Parmi les plus notables, Théophile Yarou, Paul Hounkpè, Alassane Soumanou, Aboubakar Yaya voire Paul Victoire Adjé sont à citer. Même Clément Koutchadé et Romaric Koutchika Ehinnou y pensent de plus en plus sérieusement. Les uns suffoqués de s’être fait doubler au poteau par les autres qu’ils n’avaient jamais pris au sérieux.
Cette procédure des primaires, situation inédite dont la FCBE s’est fait le championne, introduirait, uniquement pour elle, une étape de plus dans la course à la Marina. Mais elle serait un moyen, prétendent ses partisans, de rendre l’élection plus démocratique, puisque les citoyens pourraient intervenir dans le choix des candidats issus du parti et même au-delà. Exit donc l’homme providentiel, candidat naturel d’un parti, méthode qui a toujours fonctionné jusque-là.
En revanche, nombre de défis doivent être relevés pour les aspirants candidats à la primaire. Tout d’abord, ils devront retourner un nombre suffisant d’élus, notamment seize parrainages, en leur faveur avant de voir leur candidatures retenues pour le duel présidentiel avec un autre challenger. Alors que le parti ne compte que moins d’une dizaine d’élus communaux, la course aux parrainages se révèle cruciale. En effet, il serait bien malheureux de faire bloc derrière un candidat qui serait incapable de réunir le nombre de parrainages nécessaires pour valider sa candidature à la Cena.
Pendant que les autres membres de l’opposition se frottent les mains, espérant que ces affrontements dérisoires leur redonnent l’espoir de l’emporter, en dépit des pronostics des sondages, la primaire à la FCBE, si elle se met en place, permettra à celui qui l’emporterait dans cette présélection de prétendre qu’il a été choisi par le peuple. Mais là encore, un nuage de discorde se forme. Pour un si « petit » parti politique, le nombre de candidatures inquiète sur la cohésion au sein de la FCBE. Il n’est pas exclu une éventuelle guéguerre sur le positionnement des candidats en tête de liste.
Autant dire que chacun est dans son rôle dans la pièce que les uns et les autres se préparent à jouer pour tenter de faire diversion à des problèmes réels, et surtout aux moyens de les affronter efficacement. Si d’aucuns voient en cette primaire, à tort ou à raison, le spectre de la manipulation et le retour du régionalisme politique, d’autres sont très pessimistes quant à l’avenir de la FCBE sous la semonce d’une implosion consécutivement à l’élection de son candidat. Hounkpè et les siens doivent alors trouver la bonne formule pour que cette primaire ne soit pas une implosion programmée pour le parti qui chancelle.

admindios


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment