ALERTE :

    Hésitation des candidats à solliciter les parrainages Les cafouillages de dernière heure, les parrains n’en veulent pas - Les Pharaons

    Elections

    À moins de 90 jours du scrutin présidentiel au Bénin, le calme apparent qui s’observe autour de la déclaration des candidatures devient pesant. Ce vendredi 15 janvier 2021, le Président de la République, Patrice Talon, a officialisé sa candidature. À travers cet acte posé depuis Adjohoun, dans l’Ouémé, Patrice Talon a brisé les chaînes du silence et donné un ton de liberté dans le processus électoral. Jusqu’à ce 15 janvier, aucune candidature sérieuse n’était consacrée. Selon une certaine opinion, cette absence de déclaration de candidatures serait liée à l’incertitude autour de l’obtention des parrainages. Au terme de l’article 44 de la constitution béninoise révisée le 1er novembre 2019 et l’article 132 du code électoral, les candidats à l’élection présidentielle doivent avoir le parrainage de 10% du collège des élus nationaux, soit, 16 députés et ou maires sur les 160 élus nationaux. Absente au parlement et avec 6 maires, l’opposition dans son ensemble ne peut, à elle seule, présenter un candidat. Elle est donc contrainte à aller négocier les parrainages auprès des élus de la mouvance. Face aux assurances répétées du chef de l’État et de ses soutiens ( députés, maires, partis politiques) sur l’ouverture du jeu électoral, l’opposition s’accroche à ses craintes. Pour une nouvelle fois, la mouvance vient de lever l’équivoque et alerte même les probables candidats. Ce dimanche 17 janvier 2021, Orden Alladatin, député UP et président de la commission des lois à l’Assemblée nationale, est revenu sur la question du parrainage. Selon le parlementaire reçu sur l’ortb, tous les élus parrains qui vont déjà chercher leurs formulaires nominatifs à la Cena sont prêts. Ils n’attendent que les candidats pour leur offrir le parrainage. ” Prenez-nous aux mots”, a lancé le député Orden Alladatin. Selon lui, aucun candidat ne l’a sollicité pour obtenir son parrainage en dépit de ses incessants appels. La raison, dit-il, ” c’est peut-être parce qu’ils ne savent pas s’ils sont candidats”. Selon Orden Alladatin, cette hésitation des probables candidats à moins de trois mois du scrutin présidentiel va laisser place à une impréparation et un cafouillage de dernière heure. Or, dit-il, pour prétendre gérer un État, il faut s’assumer et se préparer. La question du parrainage sera discutée politiquement, va-t-il conclure en invitant les candidats à vite ouvrir le dialogue avec les partis et les parrains. Avant le président de la commission des lois à l’Assemblée nationale, d’autres élus nationaux de la mouvance ( députés et maires) se sont exprimés sur la question du parrainage en marge de l’opération de retrait des formulaires nominatifs à la Commission électorale nationale autonome. C’est le cas par exemple du député Lucien Houngnibo qui se plaint de la nonchalance des probables candidats à l’élection présidentielle du 11 avril prochain. Aucun candidat, dit-il, ne s’est rapproché de lui pour solliciter son parrainage. Les alertes continuent. Les parrains de la mouvance rassurent. Il revient désormais aux probables candidats de les prendre aux mots . Ne pas le faire, attendre et crier après à l’exclusion serait un péché politique.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment