Uemoa/Croissance économique en 2021 Selon le FMI, le #Bénin va connaitre l’un des plus forts rebonds après la Covid-19 - Les Pharaons

fmi

La croissance économique se rétracte, du fait de la pandémie de Covid-19 principalement. Dans une interview accordée au magazine ‘’Jeune Afrique’’ Lionel Zinsou s’est prononcé sur la relance de la croissance économique du Bénin. Il s’appuie sur les analyses du Fonds monétaire international (Fmi) et soutient que l’économie africaine va très rapidement retrouver le chemin de la croissance. Il indique que le Bénin va mieux rebondir que les autres pays de la sous-région ouest-africaine.

LIRE AUSSI:Présidentielle 2021 au #Bénin Naissance du “Front pour la restauration de la démocratie”, le quitus de l’opposition aux réformes de Talon Iris AGOLI-AGBO

Le banquier et ancien premier béninois explique que « les marchés croient aux prévisions du FMI, qui disent que l’Afrique va rebondir, dès 2021, et que l’Uemoa va rebondir un peu mieux encore, parce qu’elle a la chance de ne pas avoir de ressources naturelles minérales dépréciées, et, enfin, qu’à l’intérieur de l’Uemoa, le Bénin va probablement connaître un des plus forts rebonds.

Quant au fait de savoir si la croissance économique du Bénin, soutenue par le coton et les investissements dans les infrastructures, est-il soutenable, Lionel Zinsou va clarifier. « D’abord, il faut insister sur le fait que le coton n’est pas le seul à tirer la croissance. C’est l’agriculture dans son ensemble : l’anacarde, les cultures vivrières…Ces dernières, en particulier le maïs et le manioc, sont d’ailleurs peut-être les plus importantes, d’une certaine manière, pour le pouvoir d’achat des populations. Dans l’Uemoa, l’agriculture, c’est entre 25 et 30 % du PIB. C’est le premier client et le premier fournisseur de tous les autres secteurs. C’est un modèle agrarien qui est soutenable, parce qu’il irrigue aussi bien les services que l’industrie » soutient l’économiste.

Quant aux investissements publics au Bénin, il va reprendre la formule de Mario Draghi, l’ancien président de la Banque centrale européenne qui affirmait qu’il n’y a de bonne dette publique que s’il y a des investissements publics rentables. « C’est le cas au Bénin…il n’y a pas d’éléphants blancs. Les investissements, ce sont des centrales, des ports, des routes… Des équipements qui ont des effets sur l’ensemble de l’économie. C’est un grand changement par rapport à l’Afrique d’il y a quarante ans. Les investissements publics sont disciplinés et rentables » assure Lionel Zinsou.

LIRE AUSSI:Présidentielle 2021 au #Bénin Talon, candidat à nouveau au nom de la bonne gouvernance

Sur le plan des investissements public, le Bénin propose un plan de relance qui va représenter 5 à 7 % du PIB. « C’est sans précédent…Pour la première fois, fois on est à la bonne mesure pour assurer le rebond de l’économie », va conclure le banquier.

admindios


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment