ALERTE :

    Présidentielle 2021 : Un arrière-goût de trahison au FRD - Les Pharaons

    Screenshot_20210114-082807_1610609369488

    Cyrille LIGAN
    C’est la saison des fourberies. A moins de trois mois des présidentielles, l’opposition béninoise semble plus fragile que jamais. Autant que les affaires, les trahisons et coups fourrés rythment les négociations politiques. Au Front pour la Restauration de la Démocratie, l’ambiance fut des plus lugubres du mercredi 3 au jeudi 4 février 2021. Alors que le parachutage de Réckya Madougou au Front pour être la colistière du professeur Joël Aïvo n’émeut pas les Frontistes de première heure, les trublions Démocrates, qui cherchaient à évincer le professeur au profit de leur candidat, ont décidé de tracer leur chemin pour faire triompher les intérêts du parti.

    En effet, comme une maldonne, les positionnements retenus sur le ticket présidentiel avec le Front ne pouvait permettre aux Démocrates d’être en pole position, d’avoir le contrôle comme ils l’auraient souhaité. A quelques heures du dépôt des dossiers à la Cena, ils ont décidé de se retirer du pacte conclu plus tôt avec le Front pour faire cavalier seul. Alors que l’idée de création du FRD, coalition des membres de l’opposition, serait venue du parti Les Démocrates, leur attitude est frappée d’ingratitude et de fourberie. Stratégie politique ou trahison du combat commun ? Avec la débâcle du parti, les espoirs du Front auraient pu être douchés et enterrés.
    Dans la débandade cependant, Joël Aïvo et les Frontistes, dindons de farce, semblent rester lucides. La seule journée du 4 février a vu le Front faire et défaire trois duos de candidats, alors que la commission électorale allait fermer ses portes. Le premier duo composé de Joël Aïvo et de Réckya Madougou a été abandonné au profit d’un autre constitué de Joël Aïvo et de l’ancien médecin Younoussa Ismaël Mama Sika. Pour finir, c’est Moïse Kérékou qui a été inscrit sur le ticket présidentiel avec Joël Aïvo sur le dossier enregistré à la Cena. Cette situation de déréliction dans laquelle se sont retrouvés les autres membres du Front expose au grand jour le visage de l’opposition politique béninoise.
    Pionniers en renversements d’alliance qu’ils induisent, les membres du parti Les Démocrates n’en sont pas à leurs premiers essais. Une de leurs caractéristiques notoires, c’est d’avoir su trahir. Des trahisons fulgurantes qui leur donnent une image d’étalon fougueux, impavide, broyant tout sur son passage pour satisfaire ses intérêts. C’est ainsi que l’ancien président Yayi, membre fondateur du parti, s’était illustré dans la Résistance. Aujourd’hui, au sein de cette Résistance, qui n’existe désormais que de nom, on reste sur ses gardes face à une éventuelle proposition d’alliance venant des Démocrates.

    Plus loin, le parachutage de Réckya au sein du parti n’est pas sans rappeler le sentiment d’effroi et de colère causés par la désignation en 2016 de Lionel Zinsou comme candidat des Cauris. Tout semble indiquer que cette mascarade dont Valentin Aditi Houdé est le ventriloque n’a véritablement servi qu’aux intérêts des disciples de Yayi. Le Front aura permis au parti Les Démocrates, aussi affaibli qu’atomisé, de prendre un ascendant radical pour reconstituer un socle électoral qui s’est disloqué au fil des mois. Mais faut-il châtier les coupables ? Le FRD, exsangue, en est bien incapable. Dans tous les cas, cela ne ferait revenir personne sur candidature. En attendant la suite des événements, la Cena examine.

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment