ALERTE :

    Présidentielle 2021 : Madougou, l’hirondelle tête de mule face au paradoxe Gbadamassi - Les Pharaons

    IMG_20210218_212545_476

    Cyrille LIGAN

    Pas une mince affaire. Tentative de financement politique occulte et d’appels à l’insurrection pour déstabiliser le processus électoral en cours au Bénin. Les déballages du député Rachidi Gbadamassi dans son duel avec Réckya Madougou, candidate du parti Les Démocrates à la présidentielle, deviennent explosifs. Les choses se seraient lissées sans bruit. Mais le piège s’est refermé pour défaut d’accord sur le prix de la zizanie. Depuis, c’est sauve qui peut ! Entre les révélations des membres du parti Les Démocrates et les allégations des députés Mama Sanni, Hamed Tidjani Affo Obo de l’UP et Rachidi Gbadamassi du BR, les accusations brouillent les frontières politiques, compromettent les appels au barrage contre le parrainage et remettent en cause la sincérité désormais douteuse des députés pro-Talon.

    Anticipant une suite difficile à de tels ennuis politiques et consciente de l’image qui lui colle à la peau, Réckya Madougou garde son cap face à l’adversité. L’hirondelle qui, à la bonne saison, vit dans son Parakou natal affirme qu’elle ne filera pas à tire-d’aile vers la forêt togolaise comme à son habitude quand viendra la mauvaise saison. Mais pour la tête de mule, plus grande sera la raclée, plus dure sera la chute. Car si les graves accusations de tentative de financement occulte pour semer la division dans le rang de la majorité présidentielle et inciter les populations à l’insurrection sont avérées, elle devrait craindre la suite des événements. Et une campagne d’auto-victimisation sur fond d’exclusion politique serait malvenue et mal vue dans l’opinion.

    Pas question d’endosser seule le tort. Personnage paradoxal, Rachidi Gbadamassi champion de la transhumance politique a toujours nourri des ambitions inavouées. Muré depuis quelques mois dans un silence qu’on ne lui connaît pas, lui dont la soudaine sortie médiatique suscite des interrogations, aurait demandé une forte somme pour « dégager » le président Patrice Talon, notamment à travers la mobilisation d’une vingtaine d’élus pour parrainer la candidature des Démocrates. En réalité, le député républicain est en difficulté dans son Parakou natal. Si la ruse a été toujours sa force, depuis l’arrivée de Patrice Talon il se tient à carreau.

    La candidature de Réckya Madougou pourrait lui offrir l’occasion d’un retour plus subtil. Il est donc possible qu’il soit prêt à tout pour retrouver ses aises d’avant, même s’il défend ouvertement les réformes du président de la République. Jusque-là, le procès en amateurisme politique est la critique préférée en forme d’alibi de certains députés pour justifier leur refus de parrainer la candidate du parti Les Démocrates. Si Réckya Madougou passe pour une tête de mule, c’est certainement parce qu’il aurait reçu le baiser de la mort de la part de Rachidi, quitte à courber l’échine et finir en bouc émissaire.

    A quelques jours seulement de l’élection présidentielle, nul doute que la route de la crédibilité est encore longue aussi bien pour les membres de la mouvance que ceux de l’opposition. Le Chef de l’Etat ne se laisse pas cependant divertir par ses déballages et continue d’œuvrer pour sa victoire au lendemain du 11 avril prochain. Alors que la justice entend déjà son entourage, Réckya Madougou continue de donner le la, menaçant de dévoiler les preuves de ses allégations. Il ne reste qu’à la justice de faire la lumière sur cette affaire afin de situer les responsabilités.

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment