ALERTE :

    #Bénin/Politique Assassinats politiques programmés, Reckya Madougou risque très gros - Les Pharaons

    rekk

    Le Procureur Spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a éclairé l’opinion publique nationale et internationale sur les dessous de l’affaire Reckya Madougou le Jeudi 04 Mars dernier. A en croire Mario Elom Métonou, la candidate recalée de la course au Palais de la Marina pour le compte du parti ‘’Les Démocrates’’, est poursuivie pour des faits d’« associations de malfaiteurs et terrorisme ». L’ancienne ministre de l’ex-président Boni Yayi, vendue par ses présumés complices Georges Sacca et Ibrahim Mama Touré, encoure des peines allant de 5 ans à 20 ans de prison.

    Placée en résidence surveillée en attendant son procès, Mme réckya Madougou, risque très gros, à en croire un avocat contacté par notre rédaction. Pour ce spécialiste du droit et habitué de plusieurs barreaux internationaux, un mis en cause qui participe à une association formée risque une peine d’emprisonnement d’au moins 5 ans en vertu de l’article 450 du Code Pénal qui stipule : « Quiconque a participé à une association formée ou à une entente établie en vue de la préparation concrétisée par un ou plusieurs faits matériels, d’un ou de plusieurs crimes contre les personnes ou les biens, est puni d’un emprisonnement de cinq (05) ans à dix (10) ans et pourra être interdit de séjour ».

    Evoquant spécifiquement ensuite les peines encourues par Madame Madame Reckya Madougou dans ce dossier, le spécialiste du droit indique qu’aux termes de l’article 451 de la Loi n° 2018-16 portant Code pénal : « Est puni de la réclusion criminelle à temps de dix (10) ans à vingt (20) ans, quiconque a été membre d’une association formée ou participé à une entente établie dans le but spécifié à l’article 450. »

    Les textes de la République sont clairs. En s’associant à une telle démarche, la conseillère spéciale d’un Chef d’Etat étranger, dont le pays a été récemment classé parmi les pays les plus autoritaires de l’Afrique, sait ce qu’elle risquait puisque, nul n’est sensé ignoré la loi comme le dit une maxime populaire. Pire, poursuit l’avocat contacté par notre rédaction, celle qui a été vendue par ses complices ne pourra prétendre bénéficier d’aucune circonstance atténuante. « Pour bénéficier des faveurs de la loi, indique-t-il, les personnes qui se sont rendues coupables des faits mentionnés aux articles 449, 450 et 452 du code pénal sont exemptes de peine si, avant toute poursuite, elles ont révélé aux autorités constituées, l’entente établie ou fait connaître l’existence de l’association, comme le stipule l’article 453 du code ».

    Or, à l’étape actuelle des enquêtes, le film de son arrestation indique que la principale mise en cause, désignée comme commanditaire par ses complices, n’a à aucun moment effectué cette démarche malgré l’arrestation et la mise sous mandat de dépôt de ses présumés complices. Une attitude qui, manifestement en dit long sur sa détermination à aller au bout de son plan.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment